Tentative d’empêcher la marche de l’opposition et de la société civile : Le plan machiavélique du gouvernement pour bâillonner le peuple

36

La grande marche de l’opposition Républicaine et de la société civile prévue pour le samedi 17 juin 2017 semble couper le sommeil au gouvernement du Mali. Plusieurs réactions maladroites du pouvoir montrent que le pouvoir, pris de panique s’est plongé dans des entreprises inavouables pour dissuader les marcheurs, qui sont plus que jamais décidés à dire « an tè, a baana ! (nous refusons, c’est tout) pas de révision de la constitution du 25 février 1992 » .

Alors que les partisans du ‘’non’’ (refus de la révision de la constitution) ont décidé de dénoncer vigoureusement le projet de révision constitutionnelle à travers l’organisation d’une gigantesque marche à Bamako, le gouvernement, au lieu d’en tirer leçon, serait dans les grandes manœuvres pour entraver cette liberté d’action et bâillonner le peuple malien.
Pour cela aucune méthode n’est épargnée : écoute téléphonique des leaders de l’opposition et les membres impliqués dans l’organisation de cette marche pacifique; filature des organisateurs, recherche de preuves d’un supposé flagrant délit, pour sévir ; plan de déploiement des forces de sécurité à travers Bamako pour étouffer la marche. Les autorités envisageraient également l’interruption de la circulation à certains niveaux de la ville.

Est-ce pour faciliter le passage des marcheurs ou pour les bloquer ? Selon nos sources, le gouvernement serait dans des dispositions d’entraver la marche, sinon de l’empêcher. Le gouvernement veut mettre en œuvre une stratégie qui porterait sévèrement atteinte à la démocratie, chèrement acquise au prix du sang. Ce qui est déjà constatable depuis lundi 13 juin, est la paralysie qui frappe les réseaux sociaux, notamment facebook, qui ne fonctionne plus normalement à Bamako et environs.

Pendant ce temps, le projet de révision de la constitution proposé par le pouvoir fait couler beaucoup d’encre et de salive, tant bien au Mali qu’à l’extérieur, notamment en France et aux Etats-Unis, où les Maliens sont plus que jamais mobilisés pour dire ‘’NON’’ au referendum constitutionnel. Mais ce qui est demandé au président IBK est surtout, de faire l’économie de certaines souffrances au peuple malien, en retirant purement et simplement son projet de révision de la constitution du février 1992, car le moment ne s’y prête pas.

L’opposition pour éviter au pays un dérapage hasardeux, organise une marche le samedi 17 Juin 2017 à Bamako, qui partira de la place de la Liberté à la Bourse du travail, en passant par l’avenue Mamadou Konaté, la place OMVS et la place de l’Indépendance. L’opposition et la société civile malienne sont déterminées à battre le pavé le samedi 17 Juin malgré les mesures coercitives prévues par le gouvernement pour exprimer leur réserve par rapport au projet de constitution. Signalons que la marche des jeunes du mouvement ‘’Trop c’est Trop’’ du samedi 10 juin pour la même cause, a été réprimée par les forces de l’ordre.
Moussa Samba Diallo

Source : aBamako

aBamako