Bakary Togola et les 2% du budget du secteur du monde rural : Un chantage politique au sommet de l’Etat

17

La journée du paysan, édition 2017 à Ségou, était le théâtre d’une scène insolite et saugrenue pour le monde rural malien. C’est cette occasion que les paysans, sous la direction de Bakary Togola, ont choisi pour réclamer au Président de la République 2% du budget alloué au monde rural.

Cette demande n’a rien de surprenant du moins rien d’extraordinaire si elle était faite avant ou en d’autres circonstances. Mais, le moment et le cadre choisi par le « tout-puissant » Bakary Togola pour forcer la main au Président IBK était la journée paysanne. Et aussi, cette journée se tenait à quelques jours de l’adoption de la loi sur le référendum. Aussi, les joutes électorales de 2017 et de la présidentielle de 2018 ne sont pas loin.

Le poids du monde rural est très prisé et craint par les hommes politiques qui n’ont qu’une seule ambition : avoir les leaders de ce secteur avec eux pour drainer cette masse électorale.

Tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins et cela, Bakary Togola, tout-puissant Président de l’Apcam, a compris la leçon depuis longtemps que le régime en face est facilement influençable. Surtout en ce moment où le Président IBK semble au plus bas de sa popularité auprès de l’opinion publique nationale.

Alors à Ségou, Bakary Togola a décidé de demander à IBK d’accorder à l’Apcam, pour son fonctionnement, 2% des 15% du budget national, octroyés au monde rural. Les 15% du budget chantonnés partout comme le budget de l’Agriculture est loin d’être le budget du seul ministère de l’Agriculture, puisque ces 15% constituent en réalité la dotation budgétaire du secteur du Développement rural (ministère de l’Agriculture, ministère de l’Elevage et de la Pêche, ministère de l’Environnement et de l’Assainissement, Commissariat à la sécurité alimentaire, etc.). Cela représente beaucoup de « petits » milliards. Et si l’on sait que cet argent ne servira à rien d’autre que pour le fonctionnement d’un regroupement comme l’Apcam dont le rôle et la pertinence restent à prouver.

Cette structure déjà décriée par les acteurs du monde agricole qui ne voient en lui aucune importance. Il s’agit de certains cadres de l’Institut d’économie rurale (IER) ou encore la Direction nationale de l’agriculture. Selon eux, l’Apcam n’a même pas de raison d’être, car elle n’a jamais joué son rôle d’encadrement et de formation auquel elle est dévolue.

Mieux, ils reprochent aux responsables de cette entité de s’enrichir au détriment des pauvres paysans au nom desquels des dizaines de milliards de nos francs sont versés par les partenaires techniques et financiers, tel que le Papam dont l’Apcam assure la direction.

Aux dires des experts du monde rural, ces milliards du contribuable que le Président IBK s’apprête à donner à Bakary Togola pour seulement le fonctionnement d’une coquille vide comme l’Apcam n’a d’autres desseins que d’enrichir les responsables de la boîte qui, à leur tour, doivent renvoyer l’ascenseur en mobilisant le monde agricole pour eux au moment venu.

Cette crainte des acteurs du monde rural n’a même pas tardé à se concrétiser. Car, juste après la demande de l’Apcam, le Président IBK a décidé séance tenante d’en discuter avec le ministre de l’Economie et des Finances et dans l’après-midi, il nous revient que la demande est accordée.

Faut-il rappeler que l’Apcam bénéficie déjà d’une dotation budgétaire de prêt de 100 millions de FCFA pour son fonctionnement et le financement total par l’Etat pour l’organisation des salons et sa participation aux fora agricoles sur le double plan régional et international. Que dire donc de son fameux GIE qui continue de rançonner les fournisseurs d’engrais de la zone Cmdt qui constitue pour lui un pactole annuel. Comme si cela ne suffisait pas, il réclame la mise à sa disposition du Fonds national d’appui à l’agriculture (Fnaa) soit un pactole de plus de 5 milliards de nos francs.

Pourquoi ne pas injecter cet argent dans la mécanisation ou la recherche agricole au lieu de le donner à des gens pour acheter des ordinateurs et des véhicules de luxe ?

Qu’est-ce qui fait courir Bakary Togola ?

C’est donc sous cette couverture que Bakary Togola qui, jadis, était le fils spirituel d’ATT, vice-président du mouvement citoyen et du parti Pdes, aujourd’hui membre actif du RPM et même « le N’Fatoma favori de IBK», a décidé de faire de l’Apcam une institution de la République et pourquoi pas un ministère de l’Agriculture bis afin de disposer du budget de l’Etat à sa guise.

Militant très dévoué du puissant parti présidentiel, le Rassemblement pour le Mali (RPM), Bakary Togola, même s’il n’a pas été à l’université Harvard, sait tirer son épingle du jeu. C’est ainsi qu’aujourd’hui, il fait la pluie et le beau temps. Au point où des ministres de la République lui prêtent allégeance. De l’ère ATT à aujourd’hui, Bakary Togola a toujours su saisir le sens du vent, comme une girouette.

Il s’agit de celui là-même, à l’époque tout-puissant vice-président du Parti Pdes, qui avait décerné une médaille en or au président ATT, que ce dernier a déclinée par respect pour les pauvres concitoyens. Depuis, Bakary Togola, comme par magie, est devenu militant dévoué et convaincu du très prisé RPM. Ici, il n’est pas seulement que militant, il est aussi « membre fondateur » du RPM, du moins si l’on croit ce qu’il a confié à des confrères au début du régime du Président IBK.

L’on se rappelle que lors de la cérémonie de remise des tracteurs au monde rural sur les berges du Djoliba à Bamako, le même Bakary Togola avait affirmé publiquement au Président IBK que s’il s’occupe bien du monde rural, un second mandat est un acquis certain pour lui. A l’époque, ce dernier ne s’était pas encore prononcé publiquement pour un second mandat.

A Ségou, pour la journée paysanne, Bakary Togola réitère les mêmes propos, mais cette fois-ci il va plus loin en disant : « Monsieur le président, tout le monde rural est acquis pour votre cause. ». Aussi, le Président a déclaré à demi mot sa candidature sur Aljazira. Mieux, à une édition de cette même journée paysanne, Bakary Togola demande au Président IBK : « Occupez-vous seulement de l’armée. Le monde agricole, je m’en charge.»

Pour certains, cette manne financière que l’Etat s’attend à mettre à la disposition de Bakary Togola devrait servir au financement de la campagne pour relire IBK en 2018.

Si la journée paysanne de Ségou a sonné comme le début des précampagnes pour le Président IBK, la demande de l’Apcam est rocambolesque et irréaliste. Parce que pour des observateurs du monde agricole, une chambre consulaire ne peut en aucun cas émargé sur le budget de l’Etat dès l’instant que cela s’est opéré, la crédibilité et la neutralité de cette chambre sont fortement mises en cause.

Si l’Apcam parvient à émarger au budget d’Etat, la Ccim, la Chambre des métiers, la Chambre des mines, le Conseil malien des chargeurs, le Conseil malien des transporteurs et le Patronat, bref toutes les chambres consulaires du Mali doivent demander leur inscription sur le Budget d’Etat. C’est une très mauvaise jurisprudence que les plus hautes autorités, pour des raisons qui leur sont propres, viennent d’instaurer. Personne ne sera surpris si demain, la Ccim demandait à émarger au budget d’Etat pour son fonctionnement. Cela serait une demande légitime, pensent les observateurs.

Pour sûr, l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali est une chambre consulaire, créée en 1987 et qui a pour objectif de représenter la profession agricole auprès des pouvoirs publiques et de participer en son nom à la définition et la mise en œuvre des politiques et programmes de développement rural. Aujourd’hui, cette mission régalienne est tombée dans les oubliettes.

L’Apcam, malheureusement, est devenue aujourd’hui un instrument politique et économique aux multiples enjeux, se faisant passer comme le faiseur de roi. Ainsi, Bakary Togola veut être inscrit au budget d’Etat au même titre que les ministères et bénéficier de 2% du budget. Si cela se concrétisait, l’Apcam serait désormais mieux dotée que certains ministères de la République, comme celui de la Jeunesse et de la Reconstruction citoyenne ou celui de l’Artisanat et du Tourisme.

Qu’à cela ne tienne, l’octroi de ses 2% du budget de monde rural à l’Apcam ne saurait être fortuit. Cette opération, en tout cas, ressemble beaucoup à un chantage politique de haut niveau. Mais comme on le dit souvent, le « Diable est dans les détails » et aussi entre le réel et l’irréel, il y a que deux lettres de trop.

Harber MAIGA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here