Mali – Tiébilé Dramé : « Nous réclamons le retrait du projet de révision constitutionnelle »

10

Au Mali, l'opposition et une partie de la société civile se mobilisent contre le projet de révision constitutionnelle, qui sera soumis à référendum le 9 juillet. À la veille d'une nouvelle manifestation à Bamako, ce samedi, l'opposant Tiébilié Dramé, le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), explique pourquoi il réclame le retrait "pur et simple" de ce projet.

Jeune Afrique : Que reprochez-vous au projet de révision constitutionnelle souhaité par Ibrahim Boubacar Keïta ?

Tiébilé Dramé : Il est issu d’un processus unilatéral, sans concertation, et sans dialogue avec les forces vives du pays. La Constitution qu’on veut réformer est le fruit d’un consensus républicain élaboré en 1991, pendant la conférence nationale. La démocratie malienne est née dans des circonstances particulières. Il y a eu du sang versé dans ce pays. Cette Constitution, encore en vigueur, a été écrite avec le sang des martyrs. On ne peut pas la changer à la hussarde de façon si cavalière. Quand on veut réformer une telle Constitution, un minimum de dialogue préalable est nécessaire.

Cela n’a pas été fait ?

Non, pas du tout ! Ce projet de Constitution a été préparé en catimini, puis adopté en Conseil des ministres et envoyé à l’Assemblée nationale. Les initiateurs de cette révision constitutionnelle auraient dû prendre le temps de s’asseoir et d’en parler avec les forces vives du pays.

Ce projet de nouvelle Constitution avait-il été évoqué lors de la récente conférence d’entente nationale, qui s’est clôturée début avril ?

Non. Mais en tant que responsables politiques raisonnables, nous pensions que cette conférence d’entente nationale aurait pu être l’occasion d’aborder une question aussi importante. Nous avions d’ailleurs fait cette suggestion lorsque nous avions été sollicités.

Avec ce projet de révision constitutionnelle, le Président nommera, nommera, nommera…
Pourquoi affirmez-vous que ce projet de révision constitutionnelle va renforcer les pouvoirs du président de la République ?

Ce texte codifie les dérives autoritaires observées ces dernières années et renforce les pouvoirs du président de la République. Si ce projet est adopté, celui-ci nommera et révoquera le Premier ministre comme il veut, là où même le roi du Maroc tient compte du vote des électeurs. Le président de la République désignera aussi le président de la Cour constitutionnelle – en plus d’en nommer trois membres – alors qu’il était jusqu’à présent élu par ses pairs. Le président de la République désignera également le tiers des membres du Sénat. En bref, le Président nommera, nommera, nommera… L’hyper-présidentialisation et la personnalisation du pouvoir à outrance : voilà ce qu’on veut codifier à travers ce projet de révision constitutionnelle.

S’il est adopté, pensez-vous que ce projet aura une influence sur la présidentielle de 2018 ?

Si les pouvoirs du président sont renforcés comme cela, pourquoi pas ? N’oublions pas que le président de la Cour constitutionnelle proclame les résultats de l’élection présidentielle et que la Cour constitutionnelle tranche les contentieux électoraux.

Ne faut-il pas, comme l’affirme le pouvoir exécutif, moderniser les institutions de la République ?

L’exécutif n’a pas fait ce projet pour moderniser nos institutions mais pour renforcer les pouvoirs du Président. Quant à nous, nous ne disons pas que la Constitution ne doit pas être révisée. Elle n’est pas le Coran, ni la Bible. Elle peut donc être révisée, mais elle doit l’être en prenant le temps d’instaurer un dialogue, de discuter avec les parties prenantes, et de procéder aux concertations nécessaires avant de mettre au point un projet de révision.

Nous n’en sommes pas encore au référendum, ni à une campagne en faveur du « non ».
Comment comptez-vous mobiliser les Maliens en faveur du « non » au référendum du 9 juillet ?

Source : aBamako

aBamako
  • kangamasouleymane

    monsieur le président du parti parena, c’est vous pensez. pour moi, c’est le contraire puisque je voterai oui. alors, c’est le vote qui nous séparera. le mali aura une constitution excellente puisque la majorité des maliens et maliennes diront oui à cette nouvelle constitution. que dieu sauve le mali.