Promotion du genre : La Minusma renforce la capacité des acteurs politiques

6

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilité au Mali (Minusma), en partenariat avec le Cadre de concertation des femmes des partis politiques, a organisé du 13 au 14 juin 2017 un atelier de renforcement des capacités des acteurs nationaux dans la prise en charge de la dimension genre.

La cérémonie de lancement des travaux de cet atelier, à l’hôtel Onomo, était présidée par Flans Bessidjo de la division des affaires électorales de la Minusma, Bernadette Sène de l’unité genre de la Minusma. Il s’agissait de permettre aux acteurs du processus électoral d’être mieux outillés en vue d’une meilleure application de la loi n°2015-052 du 18 décembre 2015 portant institution des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès au fonctions nominatives et électives.

Il visait aussi à mener le plaidoyer auprès des acteurs politiques afin de promouvoir les femmes au sein des formations politiques ou organismes, renforcer les capacités des acteurs politiques sur l’esprit et la lettre de la loi n°2015-052 du 18 décembre 2015. L’un des objectifs de cet atelier était de doter les acteurs politiques d’outils nécessaires pour une mise en œuvre effective de la loi n°2015-052 du 18 décembre 2015 à travers le développement des cas pratiques de montage des listes de candidatures aux différents types d’élection.

Cet atelier de deux jours a regroupé plus une soixantaine de participants autour des thèmes comme “le cadre général de l’organisation des élections : cadre légal et institutionnel” et “les stratégies à développer pour être sur la liste de candidature et le positionnement sur le liste de candidature”.

Pour Flans Bessidjo de la division des affaires électorales de la Minusma, des avancées considérables ont été constatées lors des dernières élections municipales quant à la représentativité des femmes aux postes électifs avec 25,60 % des conseillers. Un progrès qu’il faudra encourager pour le respect du quota des 30 % des femmes aux postes électifs.

Pour la chef de l’unité genre à la Minusma, Bernadette Sène, la problématique de financement des candidatures féminines reste un obstacle pour la représentativité des femmes aux postes électifs.

Youssouf Coulibaly

Source : aBamako

aBamako