Voie ferroviaire du Mali : 4 milliards 600 millions pour réhabiliter le train voyageur

25

En vue d’annoncer la reprise des activités du train voyageur, le Syndicat des travailleurs de train (SYTRAIL) a organisé, le mardi 13 juin 2017 dans la gare ferroviaire, un point de presse pour informer l’opinion nationale et internationale du démarrage de ses activités prévu en mois de décembre prochain. Ledit point de presse a été animé par M. Mahamane Thienta, secrétaire général de syndicat des travailleurs de train. Il avait à ses côtés Moussa Keita, membre du SYTRAIL, Bouridjandjan Keita, président de la corporation des conducteurs de train ainsi que plusieurs autres personnalités.
Dans son introduction, Mahamane Thienta a fait savoir que le train voyageur est et demeure la vitrine de tout chemin de fer. C’est pour cela, dit-il, le président de la république Ibrahim Boubacar Keita a réitéré son engagement pour la relance très rapide du service voyageur avec la mise à la disposition de Dakar-Bamako-Ferroviaire (DBF) d’un financement d’urgence de 4 milliards 600 millions de F cfa sur le budget national.
Il a indiqué que la manne annoncée est repartie comme suit : la remise en état des rames voyageurs pour 650 millions de F CFA ; l’acquisition de 03 locomotives qui va coûter 2 milliards de F CFA ; la réhabilitation 450 millions de F CFA et le traitement des points critiques de la voie pour la bagatelle de 1 milliard de F CFA.
« Nous veillons sur ses nouveaux matériels, car c’est l’argent du contribuable malien que le président de la République met à la disposition de Dakar-Bamako-ferroviaire pour soulager les peines des populations qui utilisent les rails » a expliqué M. Thienta avant de poursuivre en disant qu’avec un suivi rigoureux, en moins de sept mois, le train voyageur sera opérationnel. « Le train sifflera à nouveau et portera sur les fonts baptismaux une alliance des amis du rail » a-t-il renchérit.
Cependant, le secrétaire général du SYTRAIL a exprimé que leur solidarité avec les populations riveraines des rails qui réclament le retour du train voyageur pour leur bien-être et leur épanouissement. Il se dit conscient de l’impact socio-culturel parce que le train dans cette partie du Mali, favorise le brassage des peuples et des cultures, assure une liberté de mobilité des personnes et de leurs biens, participe à la réduction de la pauvreté. Mahamane Thienta a ajouté que faute d’investissement sur les infrastructures et matériels voyageur, le train n’offrait ni les commodités nécessaires ni le confort souhaité encore moins la sécurité, d’où son arrêt depuis septembre 2016.
Aux dires de M. Thienta, l’état actuel de la dégradation du matériel voyageur ne permet pas à DBF de mettre en circulation le train voyageur pour deux raisons : sur les 11 voitures que compose la rame voyageuse, il n’y a que 4 qui freinent. De plus, il n’y a pas de locomotive fiable pour relier le trajet Bamako-Kayes. « Ce serait une catastrophe qu’on mette ce train en circulation et que ça tombe en détresse à KAYES sans moyen de secours, dira le conférencier ».
Par ailleurs, le syndicat des travailleurs de train a demandé aux autorités la réhabilitation de la voie Bamako-Koulikoro pour soulager les populations dans leur mobilité par la voie du rail. Pour terminer, il a remercié le président de la République et son gouvernement pour leurs engagements et accompagnement pour l’axe Dakar-Bamako-Ferroviaire.
Mamadou DOLO
dolo@journalinfosept.com

Source : aBamako

aBamako