Excellente collaboration entre la douane et l’office central des stupéfiants à l’aéroport Modibo Keita : Saisie de 10,5 kg d’héroïne d’une valeur de 260 millions Fcfa sur une dame en provenance du Malawi

18

Lundi dernier, 12 juin 2017, grâce à une collaboration étroite entre les douaniers en service à l’Aéroport Modibo Keïta et l’antenne sur place de l’Office central des stupéfiants, une dame en provenance de Blantyre au Malawi et qui a transité par l’Ethiopie pour rejoindre Bamako, où elle devait séjourner pendant trois jours, a été interpellée alors qu’elle transportait dans ses bagages 10 kg d’héroïne d’une valeur de 260 millions. C’est en principe hier après-midi qu’elle devait être déférée au parquet.

Après l’atterrissage du vol de la compagnie Ethiopian, lundi dernier vers 14 heures, il y avait foule pour les formalités d’arrivée à l’Aéroport Président Modibo Keïta car un vol Air France venait de s’immobiliser sur le tarmac, tout juste une heure auparavant. Mais malgré cette affluence, les douaniers, policiers et limiers de la lutte antidrogue de l’Office central des stupéfiants (Ocs) sont restés vigilants pour cibler les bagages d’une dame dont le comportement était aussi suspect.Les appréhensions vont payer car la dame en question, répondant au nom de Duwa Bridget, mère célibataire avec deux enfants, est originaire du Malawi où elle est née dans la ville de Lilongwe le 27 octobre 1978. Elle est vendeuse d’effets d’habillement à Lilongwe. Elle transportait 10,5 kg d’héroïne qu’elle avait éparpillés dans plusieurs sachets soigneusement dissimulés dans les doubles fonds des parois de de ses deux valises.

A n’en pas douter, il s’agit d’une mule comme on le dit dans le jargon. En d’autres termes, une personne chargée uniquement de transporter la drogue à destination où le produit sera pris en charge par un réseau de trafiquants. Cela lui ressemble fort car au vu de son itinéraire. En effet, elle a quitté Blantyre (Malawi) et a transité par la capitale ethiopienne pour se rendre ensuite sur Bamako, où elle devait séjourner pendant trois jours. Certainement le temps de livrer les 10,5 kg d’héroïne à leurs destinataires.

C’est au moment de faire passer ses deux valises au scanner de la Douane qu’elle a été prise car les appareils de l’Aéroport Président Modibo Keïta, très performants, voient jusque dans les doubles fonds des valises pour détecter tout ce qui pourrait s’y trouver. Interpellée, elle n’a manifesté aucune résistance et a coopéré jusqu’au bout dans le cadre de l’enquête qui se poursuit.

Il nous revient, qu’elle devait être déférée au parquet hier dans l’après-midi, au moment où nous mettions sous presse, après avoir séjourné à l’Office central des stupéfiants (Ocs) pour les besoins des investigations.

Il faut préciser que ce n’est pas une première pour la Douane de saisir de la drogue, mais en ce qui concerne l’héroïne, c’est bien une première. Et pour un coup d’essai c’est un coup de maître, au vu de la quantité saisie (10,5kg) et la valeur : 260 millions de nos francs.

Il faut aussi saluer la collaboration entre les services des douanes et ceux de l’Office central des stupéfiants d’une part et entre les services de répression de la drogue du Mali et leurs partenaires étrangers d’autre part. Effectivement, cette collaboration pour lutter farouchement contre le trafic de drogue est nécessaire afin de participer à la construction de la paix au Mali car là où la drogue fait florès, il n’y aura pas de paix.

Heureusement que, jusqu’à présent, cette collaboration a permis de faire échec aux tentatives visant à faire de notre pays une plaque tournant de la drogue.

La Rédaction

Source : aBamako

aBamako