Attentat au Mali. Un Français toujours porté disparu ce lundi

20

Des recherches sont encore en cours, ce lundi, pour retrouver un ressortissant français porté disparu après l’attaque qui a fait quatre morts, dimanche, près de Bamako, au Mali. C’est ce qu’a indiqué un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Il reste introuvable. Un ressortissant français est toujours porté disparu, ce lundi, après l’attaque qui a fait quatre morts, dimanche près de Bamako, au Mali. « Le centre de crise et de soutien du ministère français des Affaires étrangères et notre ambassade au Mali poursuivent leurs vérifications, en étroite collaboration avec les autorités maliennes, pour déterminer la présence éventuelle de ressortissants français parmi les victimes. Des recherches sont en cours pour retrouver l’un de nos compatriotes, porté disparu », a indiqué, ce lundi, un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Selon le dernier bilan fourni par les autorités maliennes, trois civils - dont un Franco-Gabonais - et un militaire malien ont été tués dans l’attaque menée contre un lieu de villégiature prisé des expatriés occidentaux, au cours de laquelle les trois assaillants ont également été tués. Une attaque qualifiée de « djihadiste » par le ministre Salif Traoré de la sécurité.

#Mali : La France condamne avec la plus grande fermeté l’attaque meurtrière menée le 18 juin près de #Bamako. https://t.co/UhNaY5iHWo pic.twitter.com/JA2ap5qZzd

— FranceDiplomatie (@francediplo) 19 juin 2017
Un Portugais et une Malienne, qui travaillaient tous deux pour l'Union européenne au Mali, ont également été tués dans l'attentat, a annoncé lundi la haute représentante de l'UE, Federica Mogherini.

« Malheureusement je peux confirmer qu'il y a eu deux victimes parmi nos collègues de l'UE, une victime portugaise qui faisait partie de la mission de formation de l'UE à Bamako » et « une collègue malienne qui travaillait pour la délégation européenne » au Mali, a déclaré Mme Mogherini lors d'une conférence de presse à Luxembourg.

La France, qui est intervenue militairement en 2013 à la demande des autorités maliennes pour contrer l’avancée de groupes armés vers la capitale Bamako, compte toujours plus d’un millier de soldats dans le nord du Mali.

Source : aBamako

aBamako