Bureau des exonérations et des maliens de l’extérieur : Des pratiques douteuses en cours !

20

Le commandant Amadou Traoré, chef du bureau des exonérations douanières et des maliens de l’extérieur est très décrié depuis un certain temps non seulement par les usagers du service mais aussi par certains agents de la douane qui disent ne pas comprendre les raisons pour lesquelles il demeure jusqu’à présent à son poste très juteux.

A titre de rappel, le bureau des exonérations douanières et des maliens de l’extérieur est exclusivement compétent pour connaitre des opérations douanières relatives aux exonérations douanières, y compris celles du tourisme et du déménagement des maliens de l’extérieur à l’exception de celles relative aux produits pétroliers et aux véhicules.

Le commandant Amadou Traoré, faut-il le souligner, a été chef de visite et contre visite à Sikasso, Kayes et Mopti. Après, il a été nommé chef de bureau à Kolondiéba avant de rejoindre Bamako en tant que chef du bureau des exonérations douanières et des maliens de l’extérieur depuis plusieurs années maintenant.

A noter que le commandant Traoré était essentiel dans le dispositif de l’ancien directeur général des douanes, Modibo Kane Keïta qui, faut-il le rappeler, l’avait nommé à ce poste.

Certains gabelous se demandent pourquoi le commandant Amadou Traoré n’a pas été touché par la grande vague de mutation des agents de la douane initiée par l’actuel directeur général des douanes, Aly Coulibaly. « Il y a-t-il un deal entre les deux. L’entretient-il », s’interrogent certains agents qui estiment que le bilan du commandant Traoré à la tête du bureau des exonérations et des maliens de l’extérieur n’est pas élogieux. « Son bilan est très catastrophique et est jalonné par des pratiques qui tranchent avec la bonne gestion. Malgré tout, il est dans les grâces des chefs. », soutiennent-ils.

A noter qu’en cas de déménagement, le BEXEM s’occupe des dossiers relatifs au changement de résidence (les effets et objets mobiliers importés à l’occasion d’un changement de résidence par les étrangers autorisés à s’établir à demeure au Mali ou les maliens qui rentrent définitivement dans leur patrie) ; à l’héritage ( les effets et objets provenant de mobiliers personnels recueillis à titre d’héritage importés par les membres de la famille du défunt) ; aux trousseaux des étudiants (les trousseaux d’élèves et d’étudiants résidant à l’étranger envoyés au Mali, pour y faire leurs études et ceux des étudiants maliens de retour dans leur pays) et enfin les trousseaux de mariage des personnes qui viennent s’établir au Mali à l’occasion de leur mariage avec une personne y résidant définitivement ou qui vont se marier à l’étranger. Pour toutes ces opérations, les usagers peuvent bénéficier de la franchise des droits et taxes. C’est-à-dire des exonérations. C’est là où le commandant Traoré et certains de ses hommes tirent leurs épingles financiers du jeu.

Pour le traitement de ces différents dossiers, une attestation d’exonération est délivrée par le Directeur Général des Douanes. Cette décision est jointe à la déclaration de mise à la consommation déposée au Bureau des Exonérations et des Maliens de l’Extérieur (BEMEX). C’est à ce niveau précisément que le chef du bureau tente de monter les enchères. Toutes les tractations sont faites pour soutirer de l’argent aux usagers. Sans oublier les fausses déclarations en collusion avec le chef du bureau ou certains de ses agents auxquels il fait confiance. Ces comportements ont pour conséquence une baisse des recettes au niveau de ce bureau d’où un manque à gagner pour le trésor public avec des effets sur le contribuable malien.

Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions sur les raisons du courroux des usagers du bureau des exonérations douanières et des maliens de l’extérieur contre le commandant Amadou Traoré. Ainsi que sur des cas de pratiques peu orthodoxes. Des pratiques douteuses qui commencent à agacer les usagers et mêmes certains de ses proches collaborateurs qui doutent de la sincérité du commandant Traoré dans la gestion de certains dossiers qui sentent l’odeur de l’argent.

M.M.B

Source : aBamako

aBamako