Grande manifestation contre la révision constitutionnelle : Carton rouge à IBK !

9

C’était une marée humaine à la marche du 17 juin dernier contre le projet de révision constitutionnelle voté par l’Assemblée Nationale et devant être soumis au référendum le 9 juillet prochain. Les opposants à la réforme constitutionnelle ont ainsi envoyé un carton rouge au Président Ibrahim Boubacar Kéïta.
Après la mobilisation relative au Code des personnes et de la famille en 2009, c’est la plus grande manifestation jamais organisée à Bamako. A l’appel de la plateforme dirigée par Mme Sy Kadiatou Sow, de nombreux citoyens ont battu le pavé le samedi 17 juin 2017 pour protester contre le projet de révision de la constitution du 25 février 1992 adopté par l’Assemblée nationale.
La marche est partie de la Place de la Liberté face à la mairie du district de Bamako pour prendre fin à la Bourse du Travail en passant par le monument de l’indépendance. Dès 09 heures, le rassemblement avait commencé à la Place de la Liberté. Les manifestants brandissaient des pancartes et banderoles qui en disaient long sur leur défiance par rapport au projet révision constitutionnelle. « Ne touche pas à notre constitution», « Carton rouge à IBK», « Honte aux députés de la majorité présidentielle qui ont voté cette révision constitutionnelle», « Karim Keïta et IBK, le Mali ne vous appartient pas », « Trop, c’est trop », « Nous ne nous laissons plus faire », tels étaient entre autres les slogans que l’on pouvait lire sur les pancartes.
Plusieurs leaders religieux, politiques, artistes rappeurs ont participé à cette grande manifestation au cours de laquelle l'atmosphère était très tendue. Les organisateurs de la marche ont dû déployer beaucoup d’efforts pour éviter les débordements. Les protestataires reprochent beaucoup de choses au projet de révision constitutionnelle. Ils ne sont pas d’accord avec la violation de l’article 118 de la Constitution qui exclut toute révision en cas d’atteinte à l’intégrité du territoire national. « C'est le texte de la monarchie et de la partition du pays. Le texte va à l’encontre de tous les intérêts du pays. Nous ne l'accepterons jamais », proclame Nouhoum Sarr, Président du parti FAD, un jeune leader opposant.
Les jeunes activistes Ras Bath, Master Soumi, Milmo Sahel ont ravi la vedette à cette marche. Selon Youssouf Bathily dit Ras Bath, IBK n’est que le serviteur du peuple, il doit tout au Mali et au peuple malien, « par conséquent, le Président et ses hommes de main ne peuvent pas tripatouiller la loi fondamentale du pays ».
De nombreux leaders politiques et religieux comme Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition et Président de l’URD, Modibo Sidibé, Président des FARE, Tiébilé Dramé, Président du PARENA, Soumana Sako, Président de la CNAS Faso Hère, Amadou Thiam, Président de l’ADP Maliba, Choahala Babaya jeune leader religieux et Mme Sy Kadiatou Sow, ont tous appelé le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta à retirer ce projet de loi pour le bonheur du peuple malien.
Il faut signaler le déploiement d’un dispositif sécuritaire impressionnant à cette marche. Heureusement, aucun incident n’a été signalé.
Modibo L. Fofana
Coulisses
Les deux ponts interdits de circulation
Les deux ponts Fahd et Martyr ont été coupés à la circulation par les agents de sécurité dans la matinée du samedi. Sauf quelques motocyclistes, les manifestants en véhicules ne pouvaient pas traverser les ponts.
S’agissait-il d’une volonté délibérée d’empêcher les marcheurs de rejoindre le centre-ville ? Cette décision est-elle motivée par des raisons de sécurité ? Pour de nombreux manifestants, les autorités voulaient tout simplement empêcher les gens de rejoindre la marche.
Chouala Bayaya, Master Soumi, Ras Bath, Milmo ravissent la vedette
Dans cette marrée humaine, les rappeurs Master Soumi, Milmo, Ras Bath, et le prêcheur Choala Bayaya ont ravi la vedette. Ils ont été accueillis par un tonnerre d’applaudissement lorsqu’ils montent sur le podium. Les manifestants ne cessent de faire self avec ces stars.
Les riverains de l’itinéraire rentrent dans la marche
Pendant que les marcheurs passaient devant leurs boutiques, certains commerçants détaillants ont rejoint leurs marcheurs pour dire non à la révision constitutionnelle.
La détermination de la famille Sy
C’est presque la famille Sy qui était mobilisée pour cette marche. Bien vrai que Mme Sy Kadiatou Sow dirigeait la plateforme qui organise la marche, son mari Ousmane Sy et ses enfants étaient tous à la marche.
Modibo Fofana
Source: Le Challenger

Source : aBamako

aBamako