Me Kassoum Tapo à propos du projet de révision constitutionnelle : « Il est normal que le pouvoir du président de la République soit renforcé pour lui permettre d’être à la hauteur de ses missions»

8

La Maison de la Presse a abrité le samedi 17 juin dernier, une conférence-débats organisée par le Mouvement Trait d’Union sur le projet de révisionconstitutionnelle en cours et qui divise les Maliens. Cette conférence était animée par Me Kassoum Tapo, ministre des Droits de l’Homme et de la Réforme de l’Etat. Il avait à ses côtés OumouSallSeck, coordinatrice du Mouvement Trait d’Union.

Assurance LAFIA bon ramadan 2017
Selon Mme SeckOumouSall, coordinatrice du Mouvement Trait d’Union non moins Maire de Goundam, cette rencontre a pour but d’apporter leur modeste contribution à la compréhension des enjeux autour de la loi portant révision de la Constitution qui a été adoptée par les députés le 3 juin dernier avec 111 voix pour, 35 contre et 0 obtention. Un projet de révision constitutionnelle initié par le président de la République et autorisé par la Cour Constitutionnelle du Mali.
Pour Mme SeckOumouSall, cette conférence vise à répondre à certaines questions que l’opinion nationale ne cesse de se poser actuellement à ce sujet. Il s’agit de savoir si elle ne porte pas atteinte au caractère républicain et laïc de l’Etat, à son intégrité territoriale, au multipartisme ou si elle ne restreint pas les droits et libertés fondamentaux ? Ou encore, apporte-t-elle la paix en application de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale ? Les divergences autour de cette loi portant révision constitutionnelle entachent-elles les principes clés d’une constitution démocratique ? Ou s’agit-il d’une révision politique ou d’un groupe ?
« Notre démarche est claire : nous voulons comprendre. C’est notre droit. Comprendre afin de décider en toute indépendance, sans nous laisser emporter par la vague des ‘’experts en tout’’ qui tirent leur source de la dame rumeur », a ajouté OumouSallSeck.
Dans son intervention, Me KassoumTapo a rassuré que le projet de révisionconstitutionnelle ne porte nullement atteinte au caractère républicain de l’Etat, à son intégrité territoriale, au multipartisme ou encore à sa laïcité. Aussi dit-il, il ne porte pas atteinte aux droits et libertés fondamentales.
En réponse aux critiques sur le renforcement des pouvoirsdu président de la République, Me Tapo dira que la nouvelle constitution encadre plutôt le pouvoir du président de la République contrairement aux rumeurs qui circulent de gauche à droite. Pour la nomination du président du Sénat et de 2/3 de ses membres par le président, Me Tapo dira que le président de la République procède uniquement à la nomination et non au choix. Pour lui, il est aussi normal que le pouvoir du président soit renforcé pour lui permettre d’être à la hauteur de ses missions.
Pour la nouvelle procédure de révision constitutionnelle prévue dans le projet de révision sans l’avis du peuple (sans référendum), Me KassoumTapodira qu’elle ne concernera pas toutes les parties de la constitution dont le mandat du président de la République, le caractère républicain et laïc de l’Etat, son intégrité territoriale, le multipartisme. D’après lui, cette procédure a pour but de modifier certaines parties de la Constitution qui ne nécessitent pas forcement l’avis du peuple comme l’ajout de la charte de la paix qui n’a pas pu être ajoutée au moment de l’élaboration du document de la révisionconstitutionnelle.
Aux dires de Me Tapo, plusieurs dispositions du projet de constitution de 2011 ont été prises en compte dans ce nouveau projet de révision constitutionnelle. Et elles avaient été acceptées par beaucoup d’entre ceux qui les critiquent aujourd’hui.
Il a invité les uns et les autres au dialogue. Me Tapo dira qu’il est toujours prêt au dialogue et à tout moment. C’est pourquoi, il a appelé ceux qui sont entrain de l’insulter sur les réseaux sociaux à ouvrir un cadre de dialogue pour discuter sur le sujet.
M.D

Source : aBamako

aBamako