Mali : Echec de cinquante années d’une voie de développement politique, économique et institutionnel sans issue !

13

Avons-nous au Mali des institutions culturellement adaptées? La réponse de l’avis général est non. Le problème malien, c’est également l’échec de cinquante années d’une voie de développement politique, économique et institutionnel sans issue.

Le niveau de dénuement de nos populations, surtout de sa frange jeune ainsi que l’inadéquation de nos institutions par rapport à nos réalités historiques, sociologiques et culturelles, constituent un terreau propice à l’émergence de forces de désagrégation, de formes souveraines de régulation politique et sociale qui apparaissent hors de l’Etat, ce que Achille Mbembe appelle « sortie de l’Etat » dans son étude des frontières mouvantes du continent. Les différences ethniques, raciales, religieuses, culturelles, au lieu d’apparaître comme diversités enrichissantes pour une communauté plurielle, sont érigées en facteurs de haine ou, à tout le moins, en frontières symboliques à l’intérieur de ladite communauté. À supposer d’ailleurs qu’il y ait des antagonismes de fait autour de ces différences, un État viable devrait pouvoir les absorber dans le jeu institutionnel et politique à travers des confrontations pacifiques. Ce qui, hélas, n’a pas été le cas hier au Soudan, aux Comores et en Somalie, ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui en Centrafrique et au Mali, et qui sait ce qu’il adviendra demain de la RDC, du Nigéria, de la Côte d’Ivoire et de beaucoup d’autres territoires du continent ?

Assurément, de nouvelles institutions endogènes sont nécessaires pour prendre en charge ces menaces. Il s’agira de sortir du formalisme institutionnel désuet et désincarné en vigueur, héritage colonial maintenu par pur conservatisme ou mimétisme paresseux. Les réalités spécifiques à l’Afrique, à son histoire et à ses cultures devraient donner de la matière à une œuvre urgente de destruction créatrice, en maintenant et en enrichissant les valeurs universelles de la République et de la Démocratie. Par exemple, la laïcité au sens de la culture et de l’histoire françaises, prétendue forme immuable et imprescriptible de la plupart de nos États, est plus un dogme institutionnel qu’une réalité vivante dans nos sociétés. À l’instar de l’Amérique, du Royaume-Uni, ou même de l’Allemagne et d’autres aires géographiques, les pays africains ont le droit d’assumer leurs croyances, diverses et plurielles, comme fondement spirituel de leur culture institutionnelle. Cela contribuerait à rendre leurs institutions légitimes et populaires, donc démocratiques. Dans cette perspective, l’avènement de l’émergence citoyenne aiderait à réformer nos mœurs politiques car c’est la condition préalable à tout projet de transformation sociale durable. Comme dans les arts et les sports, le génie africain, libéré de ses carcans, saura contribuer au renouvellement d’une démocratie mondiale en crise.

La Rédaction

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here