Office du Niger: la nouvelle campagne lancée à M’Bewani

23

Le ministre de l’Agriculture, le Dr Nango DEMBELE, a procédé, samedi dernier, au lancement officiel de la campagne agricole 2017-2018 dans l’Office du Niger dans la plaine de M’Bewani. Cette cérémonie fait suite au lancement officiel de la campagne agricole 2017/2018, d’une manière générale, par le président de la République le 25 mai 2017 dans la cité des Balanzans. Des différentes interventions, il ressort que la campagne agricole est menacée par l’insécurité liée à la présence des djihadistes dans la zone, la restriction des déplacements à cause de l’interdiction des motos de même que la spéculation foncière.

La campagne, qui vient d’être lancée, ambitionne de produire 1 001 345 tonnes de riz paddy avec un rendement moyen de 6 321 tonnes par hectare ; 341 045 tonnes en maraichage et 115 755 tonnes toutes spéculations confondues.

Une cérémonie grandiose
La cérémonie de lancement de cette nouvelle campagne a regroupé, samedi dernier dans la plaine de M’Bewani, outre le ministre Nango DEMBELE, le représentant le Gouverneur de la région de Ségou ; des honorables députés ; le président de l’Assemblée permanente des chambres d’Agriculture du Mali (APCAM), les autorités administratives et politiques des cercles de Ségou, Niono et Macina ; le président de la Chambre régionale d’Agriculture de Ségou ; les Délégués des Chambres locales d’agriculture de Ségou, Niono et Macina ; les représentants des services techniques et des ONG ; les Délégués des exploitants agricoles de l’office du Niger, etc.
Selon le Président directeur général de l’Office, Mamadou M’Baré COULIBALY, a souligné que cette cérémonie, devenue traditionnelle, donne l’occasion aux acteurs de dresser le bilan de la campagne agricole écoulée (2016/2017), de faire le point des préparatifs de la nouvelle campagne agricole (2017/2018) et de récompenser les meilleurs producteurs et productrices ainsi que les meilleurs agents techniques d’encadrement.

Bilan
De même, elle constitue un espace de dialogue franc entre tous les acteurs intervenant dans le développement de la zone Office du Niger.
Il a rappelé que la campagne agricole 2016/2017 s’est déroulée dans des conditions satisfaisantes de pluviométrie, de disponibilité des intrants agricoles subventionnés, notamment les engrais qui ont été livrés aux producteurs à temps. De même, le service de l’eau aux exploitants agricoles s’est déroulé dans les meilleures conditions cela, grâce aux efforts déployés dans l’entretien du réseau hydraulique.
Malgré ces résultats, certaines difficultés ont pu surgir. Il s’agit notamment de l’envahissement de certains réseaux d’irrigation par les végétaux flottants ; du non-respect du calendrier agricole par certains exploitants dû à leur faible niveau d’équipement ; de l’insuffisance de l’organisation du circuit de commercialisation du riz et des produits maraichers et enfin, de l’insécurité dans la zone.

Climat sécuritaire préoccupant
La campagne agricole 2017/2018, a-t-il fait savoir, démarre, à la fois, dans un climat sécuritaire préoccupant et dans des conditions socio-économiques favorables suite aux efforts déployés par l’État.
À cet effet, il faut noter la poursuite de la subvention des intrants agricoles et l’octroi aux femmes de 3 000 repiqueuses manuelles et 500 décortiqueuses de maïs par le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA.
Ces matériels offerts, a dit le directeur, vont améliorer la production et la productivité, contribuer au respect du calendrier agricole, mais aussi, et surtout, réduire la pénibilité des travaux de repiquage du riz et de décorticage du maïs, réalisés par les femmes.

Le plan de campagne 2017/2018 est décliné en activités et en moyens à mettre en œuvre pour la réalisation des objectifs visant à renforcer la contribution de l’ON à l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du pays. Il s’agit de l’exécution correcte et à temps de certains travaux qui sont déterminants pour la réussite de la campagne à savoir : l’entretien des réseaux hydrauliques primaire, secondaire et tertiaire ; la mise en eau du réseau hydraulique et l’organisation des tours d’eau ; la fourniture des intrants agricoles et le respect du calendrier agricole.
Conformément au Contrat-Plan 2014/2018 État-office du Niger-Exploitants agricoles, les objectifs de production de la campagne agricole 2017/2018 se déclinent comme suit :

En riziculture, les objectifs de superficie totale sont de 158 406 ha pour une production de 1 001 345 tonnes de paddy avec un rendement moyen de 6 321 tonnes par hectare contre 727 010 tonnes en 2017.
En maraichage, les objectifs de superficies (toutes spéculations confondues) sont de 11 620 ha pour une production de 341 045 tonnes contre 237 727 tonnes en 2017.
En diversification, les objectifs de superficies (toutes spéculations confondues) sont de 10 649 ha pour une production de 115 755 tonnes. Contre 40 583 tonnes ont été obtenues en 2017 et dont 28 930 tonnes de pommes de terre.
« Ces objectifs de production ne pourront être atteints qu’avec l’engagement de toutes les productrices et de tous les producteurs, de tout le personnel de l’Office du Niger, notamment les agents de terrain et de l’ensemble des acteurs qui accompagnement le développement de la zone Office du Niger », a insisté le PDG.

L’appel du ministre
Après avoir ensemencé la première parcelle, le ministre Nango DEMBELE, a souligné qu’après le lancement officiel de la campagne agricole 2017/2018 par le président de la République, le 25 mai 2017 à Ségou, les objectifs de la nouvelle campagne sont fixés comme suit : un million de tonnes de riz paddy ; 341 000 tonnes de produits maraichers.
Donc, les attentes sont donc très grandes pour cette nouvelle campagne dans l’Office du Niger. Pour l’atteinte de ces objectifs, le chef du département s’est engagé à donner tout l’accompagnement aux acteurs.
Certaines inquiétudes ont été évoquées par les producteurs, notamment, l’interdiction de circuler à motos.
Le ministre a fait savoir que la question a été posée par l’Assemblée nationale au Premier ministre et que le gouvernement est en train de chercher des mécanismes alternatifs pour éviter que les objectifs de la campagne ne soient compromis.
Il s’est dit compter sur l’expérience du PDG de l’Office, un homme de terrain qui a à son actif la mise au point de plusieurs variétés de riz, notamment le Gambiaka. Il a aussi prié pour que le Tout Puissant (Allah) nous gratifie d’une bonne saison de pluies.
Par ailleurs, il a invité l’encadrement à redoubler d’efforts dans le suivi de la campagne. Enfin, le ministre a invité les producteurs au respect strict du calendrier agricole, notamment les doses d’engrais et l’entretien des réseaux d’égouts, et l’utilisation rationnelle de l’eau.

Les conseils de Bakary TOGOLA
De son côté, le président de l’APECAM, Bakary TOGOLA, a tenu à saluer les plus hautes autorités du pays, notamment le président de la République pour son accompagnement constant aux paysans. Il s’est réjoui des bons constats du jour, à avoir la disponibilité des intrants et l’engagement du personnel d’encadrement.
Il a invité les producteurs au courage et à l’assiduité. À son avis, un pays, qui dispose d’une potentialité important comme l’Office du Niger, ne doit jamais connaitre l’insécurité alimentaire. Pour ce faire, il a invité les producteurs à suivre les conseils du personnel d’encadrement.
La cérémonie a été marquée par la remise de prix aux meilleurs producteurs, agents d’encadrement. Le lot était composé de motos Djakarta, de Sanili, et de motoculteurs. Elle a aussi été agrémentée par les prestations des troupes artistiques locales et du groupe Gnôgôlon.

Par Abdoulaye OUATTARA,
Envoyé Spécial

Source : aBamako

aBamako