IBK, Toi président : Pourquoi tu dois démissionner!

8

Feu le président Ahmed Sékou TOURE disait que « L’homme est un inconnu connu et un connu inconnu ». Quel autre adage sied mieux à la situation du Mali sous IBK ? Lorsqu’il a été nommé dans le staff d’Alpha Oumar KONARE en qualité de conseiller diplomatique, il était un homme inconnu pour le peuple. Lorsqu’il est devenu le troisième premier Ministre de notre jeune démocratie en 1994, ses hauts faits d’arme l’ont amené à la stature  d’homme connu et à son départ de la primature à créer  le Rassemblement Pour le Mali (RPM), candidat malheureux au second tour de la présidentielle de 2002  il se retrouvera par la suite comme président de l’Assemblée Nationale pendant le premier mandat d’ATT.

En 2013, pour des raisons de circonstances exceptionnelles liées à la triple crise sécuritaire, institutionnelle et humanitaire, le peuple a porté son choix   sur lui à 78% de vote en sa faveur, mettant en avant cette stature d’homme connu par rapport aux choix. Quel autre honneur, IBK peut-il avoir encore dans cette courte vie au-delà de premier citoyen du Mali grâce à la confiance placée en lui par le peuple malien et la Communauté Internationale en 2013. Cette confiance semble être fondue totalement comme beurre au soleil. Toutes les promesses faites au peuple sont restées vaines. Aujourd’hui le peuple se trouve déçu et meurtri. Il va de déshonneur en déshonneur, tous les jours que Dieu fait. Si sa conscience devrait lui parlé, c’est en ces termes qu’elle s’adressera à lui :

Toi président, tu as vu d’autres réalités à Koulouba qui t’ont empêché de réaliser tes promesses électorales qui étaient de redonner aux maliens leur honneur et leur dignité.

Toi président, le Mali d’abord est devenu la famille d’abord, car tu pensais que la gestion d’un pays était d’abord familial, avant d’être celle d’un Etat. C’est d’ailleurs pourquoi, tous les scandales liés à l’achat d’avion dont le prix n’est jusque-là pas réellement connu du peuple, ainsi que les 30 milliards de surfacturation dans l’achat des ténues militaires ou une paire de chaussette a coûté 30 000F CFA ont fini de te discréditer.

Toi président, tu as doublé le budget de la présidence pour pouvoir faire avant la fin du mandat 20 fois le tour du monde, sinon du globe terrestre. Tu es à ton cent-vingt sixième voyages jusqu’à ce mois de juin. Malheureusement le peuple ne te comprend pas, car tu ne lui apportes rien comme retombée financière de ces tours du monde. Au cours de ton voyage en Chine, tu as informé le peuple comme quoi tu as eu 5000 milliards F CFA pour réaliser des projets. C’est d’ailleurs la raison qui a fait que les populations sont sorties massivement, pour t’applaudir de retour de la Chine depuis l’aéroport jusqu’à Sébénicoro. Malheureusement cela n’était que des effets d’annonces de la part des Chinois. Le peuple resté dans l’impatience a été déçu et t’a traité de grand bluffeur de la République.

Toi président, tu as décrété l’année 2014, comme celle de la lutte contre la corruption. Tu as été surpris de voir que c’est à partir de cette déclaration que le phénomène est devenu exponentiel. C’est comme si tu avais invité les gens à bouffer plus. Une compétition semble même s’instaurer entre les membres de ton gouvernement dans la corruption et la concussion.

Toi président, c’est encore en 2014, que tu as voulu donné une belle raclée aux groupes rebelles jusqu’à Kidal après la visite de ton ancien premier Ministre Moussa MARA suite à ton accord. Tu as essuyé totalement la honte et le peuple a été  plus honteux que toi-même. Tu as pleuré à chaudes larmes, trois climatiseurs de 3 ch n’ont pas pu arrêter ta transpiration dans ton bureau de Koulouba, tellement tu as bu la honte et le défaite.

Toi président par cette ratée tu as fait perdre la souveraineté du Mali sur Kidal après la débâcle des FAMAS. Maintenant tu as l’assurance que les soldats français étaient rentrés dans la danse au côté des rebelles de la CMA.

Toi président, par ton manque de vision pour la sortie de crise, le Mali a perdu par la suite les 2/3 de son territoire. Plus aucun gouverneur, plus de préfets, plus de sous-préfets sur les lieux.

Toi président, sous ton mandat plus de 500 écoles sont fermées du nord au centre du pays, plus d’enseignants dans ces zones, plus d’écoles françaises, car les djihadistes sont désormais les maitres de ces zones et appliquent la charia aux populations. Cette chute de la République s’est passée lorsque tu rêvais dans ton Boeing 737 entrain de faire le tour du monde.

Toi président, tu as signé un accord un accord dit d’Alger à deux dates différentes à savoir le 15 mai et le 20 juin 2015. Tu as fait signé sur les lieux des négociations, parce que la France t’avait rassuré que c’était un bon accord et qu’il  fallait rapidement signer avant que les rebelles ne se révoltent. Mais après tu t’ es rendu compte que tout cela était du bluff de la part des français. Je me suis rendu compte très tôt, que le dit accord, deux ans après était inapplicable. Les rebelles refusent même que tu te rendes à Kidal.

Toi président, tu as écarté le peuple des négociations. C’est la raison pour laquelle, l’accord a été déséquilibré pour le Mali, sans que tu ne puisses protester, tu as jeté 13 pages d’observations (faites par les Partis politiques de l’opposition, de la majorité, et de la société civile) sur l’accord dans la poubelle des négociations d’Alger. Tu te rends compte, maintenant que si tu avais mis le peuple  au dessus de tout, le Mali allait sortir par la grande porte  . Même le Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) qui devrait être fonctionnel depuis 18 mois, a commencé timidement à Gao seul avec plus de 111 morts et des dizaines de blessés. Les Autorités Intérimaires tant décriées ont eu un accouchement difficile, même par césarienne dans toutes les régions et jusque-là, elles n’ont rien comme financement.

Toi président, tu n’a pas compris que le G7 des occidentaux a invité le Président du Niger en mai 2017 à assister à leur rencontre en t’ignorant alors que tu es le président en exercice du G5-Sahel. Au même moment l’ancien premier Ministre français de Jacques CHIRAC, Dominique DE VILLEPINTE chante sur  RFI (la  radio des ‘’Nanfigui’’) que tu n’as pas une vision pour le Mali. Dans le même temps, deux autres anciens premiers Ministres français, Jean-Pierre RAFFARIN et Alain JUPPE, celui là-même qui disait en mars 2012, que les rebelles ont remporté beaucoup de victoires sur les FAMAS et par conséquent qu’il faille négocier avec eux, ont invité Modibo SIDIBE à tenir une conférence sur la sécurité et le développement à Paris.

Toi président, quel genre de bébé les français ont-ils voulu faire porter sur  ton dos, surtout que le tout nouveau président, cet enfant qui se permet de dire que tu ne bouges que timidement pour la résolution de la crise du nord ? Il a même tancé le grand frère Bouteflika, le pauvre assis dans son fauteuil roulant, parlant difficilement, en lui disant de face, que c’est lui qui héberge tous les leaders djihadistes sur son territoire.

Toi président, tu as trahi le peuple en taillant une nouvelle constitution sur mesure pour sauver le reste du mandat. Tu crois avoir la solution à travers cette nouvelle constitution sur le conseil de ton frère et ami Me Kassim TAPO. Mais pour faire passer la loi, certains honorables ont dit que le temps d’examen est très court et qu’il fallait honorer les différentes commissions à coût de dizaines de millions, afin qu’ils fassent des heures supplémentaires et rester dans le délai arrêté.

Toi président, les frondes deviennent plus virulentes du côté de l’opposition. Ne penses-tu pas que  c’est le peuple même qui est décidé cette fois-ci à  ne pas se laisser faire. Pour la seule fois que les opposants parlent de la même voix que le clan CMDT de 1991, très tactique et fort dans la guérilla urbaine, tu dois commencer à avoir peur, surtout par rapport à la dame de fer dont je terrai le nom. Celle-là est une lionne, même étant ta belle-sœur, elle ne t’épargnera pas.

Toi président, veux-tu de cette constitution pour renforcer ton pouvoir qui te fera passer  de Président à Roi, avec la création d’un Sénat où des personnalités comme Ousmane Madani HAIDARA, Mahamoud DICKO, Choila Bayaya HAIDARA, le Cherif de Nioro, les anciens premiers ministres et les chefs traditionnels aux noms de Ag et de Ould, viendront enturbannées s’installer à la première loge du Sénat, au nom de la paix et de la réconciliation, sur simple désignation ?

Toi président, c’est pendant ton mandat que la Cour Constitutionnelle a étalé sa médiocrité en droit international public et sa vassalisation.

Toi président, c’est sous ton mandat que l’occupation de fait de Kidal par les rebelles de la CMA est entrain d’être jugée conforme à la constitution.

Toi président, tu souhaites désormais que tout le peuple ne soit pas consulté, pour un oui ou un non concernant son avenir. Les honorables de l’Assemblée Nationale et du nouveau Sénat sont aptes à décider de tout à la place du peuple.

Toi président, tu dois commencer à avoir peur par rapport à la portée de cette nouvelle trahison du peuple. Mais en te référant à l’adage de Feu Felix Houphouët BOIGNY qui disait que « la politique a comme principe de fonctionnement la trahison et celui qui trahit le premier est le meilleur homme politique ». Tu sembles être rassuré. Mais rira bien qui rira le dernier !

Toi président, tu sembles avoir atteint la cime, là où l’air est rare ? Détrompe-toi, car plus d’un de tes prédécesseurs sont descendus de là-bas par le chemin raccourci. Le peuple aura toujours raison.

Badou S KOBA


Source : Maliweb

Maliweb