Les cours d’eau du Mali : des richesses en danger

21

Le Mali, pays de l'Afrique de l'Ouest, est traversé par deux grands fleuves qui sont certes très importants économiquement pour le pays mais qui ont tendance à disparaître à cause de certaines activités dans leur lit.

Le Mali est deservi par deux grands fleuves qui traversent le pays de long en large. Ces deux fleuves constituent le Sénégal et le Niger. Le premier mesure 1 790 km, il prend sa source en Guinée et traverse non seulement le Mali, le Sénégal mais aussi la Mauritanie avant de se terminer dans l'océan Atlantique. Quant au second, il est le plus important du Mali et le troisième fleuve le plus long d'Afrique après le Nil et le Congo.

Par ailleurs, l'importance de ces fleuves relève des innombrables potentialités qu'ils accordent aux différentes populations qui se servent d'eux pour mener différentes activités.

Le rôle de ces fleuves dans l'économie du Mali

L'importance de ces fleuves n'est plus à discuter. La présence de ces fleuves constitue un atout majeur pour les populations concernées voire pour toute la nation malienne. Beaucoup d'activités régénératrices de revenus sont menées sur ces cours d'eau. Ils ont un rôle de nourricier grâce aux immenses richesses naturelles et aux potentialités qu'ils accordent aux peuples qui vivent de leurs bienfaits.

L'élevage, la pêche, l'irrrigation, la navigation, sont entre autres activités qui sont menées sur ces cours d'eau au Mali. Les berges de ces fleuves servent au jardinage pour beaucoup de population. Tel est le cas par exemple pour Boulkassobougou, quartier périphérique de Bamako, où beaucoup de jeunes, garçons et filles, vivent du jardinage.

En outre de ceci, il faut également reconnaître qu'au Mali nous avons assez de Bozos, or cette catégorie sociale ne vit que de la pêche. À cet effet, ils gagnent leur vie grâce à la présence de ces deux fleuves. Ces poissons pêchés servent au commerce autant interne qu'externe. À côté de la pêche, nous avons l'irrrigation, grâce à laquelle d'ailleurs l'Office du Niger dans la région de Ségou existe. Le riz de l'office du Niger fait la fierté de tout le pays voire du monde entier. Car tous ces riz sont destinés à l'exportation. Ils ne sont pas destinés à la consommation nationale. Grâce à ce riz de l'office du Niger, le Mali alimente une partie de son budget.

Il faut mentionner en plus de tous ceux-ci la présence sur ces fleuves de barrages hydroélectriques afin de deservir le pays en électricité.

Cependant, certains des activités que nous menons sur ces cours d'eau causent la disparition progressive ou plutôt l'ensablement de ces cours d'eau.

Les impacts négatifs des activités des populations sur ces fleuves

Des enquêtes de l'Agence du Bassin du Fleuve Niger (ABFN) Mali ont montré avec pertinence lors d'une conférence dans la capitale Malienne à Bamako que certaines pratiques et surtout l'orpaillage par drague constituent des dangers pour le fleuve Niger. Cette pratique de l'orpaillage par drague provoque l'ensablement du fleuve et fait de ces cours d'eau des lieux inhospitaliés pour toute vie puisqu'elles laissent des crevasses profondes à l'intérieur du fleuve.

Outre cet aspect, il convient de remarquer également la portée négative de la pratique de la teinture au bord de ces cours d'eau. Les produits qu'utilisent ces teinturiers ou teinturières sont très toxiques et par conséquent très dangereux non seulement pour la faune aquatique mais aussi pour les hommes puisque la majeure partie des eaux que nous buvons proviennent de ces cours d'eau.

Enfin, je souligne également le problème de la recherche du sable et du gravier à l'intérieur de ces fleuves. À cause de ces pratiques, beaucoup d'animaux aquatiques manquent de lieux sécurisés pour pondre ou mettre bas leur petit. En conséquence, des études ont montré que le nombre de ces animaux diminue petit à petit chaque année. La preuve palpable est le fait que de nos jours, il est très difficile d'avoir du poisson à acheter au Mali. D'ailleurs, beaucoup sont, les pêcheurs qui partent à la pêche et retournent bredouille. Tous ces problèmes constituent des conséquences de nos propres activités sur ces cours d'eau que nous polluons de part nos activités.

Pour conclure, je souligne l'importance capitale que joue l'eau dans la vie des hommes et comme on le dit, l'eau est la source de la vie. Sans eau, pas de vie. À cet effet, pour une vie heureuse et harmonieuse, il convient à tous les citoyens de faire de la protection de l'environnement un problème individuel puisque ces cour d'eau restent assez importants pour tout le monde sans aucune exception. La survie de toute la planète dépend de chacun de nous en matière de protection environnementale.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here