Mali : Le G5 Sahel n’aura pas de mandat de l’ONU

20

Le Conseil de sécurité est parvenu à un consensus sur un projet de résolution présenté par la France appuyant le déploiement de la force G5 Sahel, mais qui n’inclut aucun soutien financier ou logistique à cette mission militaire.

Après plusieurs jours de tractations, l’organe onusien devait voter hier le nouveau projet de résolution qui «salue le déploiement de la force G5 Sahel», mais sans pour autant lui accorder un mandat de l’ONU qui lui permettra de mobiliser les ressources financières nécessaires à son fonctionnement. Les Etats-Unis se sont fermement opposés à la requête de la France d’octroyer un mandat du Conseil de sécurité à cette force conjointe, conformément au chapitre 7 des Nations unies qui autorise l’utilisation de la force. Washington a estimé que cette force devait fonctionner sans l’approbation de l’ONU, à l’instar du groupe de travail luttant contre le groupe terroriste Boko Haram dans le bassin du lac Tchad.

L’administration américaine, qui veut réduire sa contribution financière aux opérations de maintien de la paix d’un milliard de dollars, a refusé que l’organisation onusienne accorde un soutien logistique ou financier à cette force conjointe, estimant qu’elle est suffisamment généreuse avec les cinq pays du Sahel en matière d’aide à la lutte antiterroriste. Washington a imposé cette condition dans le nouveau projet de résolution qui souligne à ce titre que «les Etats du G5 Sahel ont la responsabilité de fournir à la force les ressources suffisantes» tout en exhortant ces pays à assurer son «opérationnalisation durable et efficace». Le premier projet de résolution proposait que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, présente dans les deux prochains mois un rapport au Conseil de sécurité sur les meilleures options pour soutenir financièrement ces troupes au Sahel. Le nouveau texte se contente d’un simple appel au soutien «des partenaires bilatéraux et multilatéraux» en les encourageant, le cas échéant, à tenir une conférence des donateurs. Le projet de résolution demande, par ailleurs, au chef de l’ONU de rapporter au Conseil de sécurité les activités de cette force militaire, y compris son déploiement et les difficultés qu’elle rencontre sur le terrain.

R.I.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here