Révision constitutionnelle : La plateforme Ankabè explique le projet à ses militants

7

Le vendredi 16 juin 2017, les responsables de la plateforme Ankabè ont organisé une assemblée générale au Palais de la Culture Amadou Hampâté Ba de Bamako pour expliquer à leurs militants et sympathisants, le projet de loi portant révision de la constitution du 25 février 1992. Au cours de cette rencontre, le président de la plateforme, l’honorable Moussa Timbiné, premier vice-président de l’Assemblée nationale du Mali a mis l’accent sur les innovations du texte adopté par le parlement malien le 3 juin dernier. Le ministre de la jeunesse et de la construction citoyenne, Amadou Koïta qui était présent à la rencontre, a appelé la population malienne à voter massivement OUI lors du référendum prévu le 9 juillet 2017.

Outre le ministre Koïta et l’honorable Timbiné, plusieurs leaders d’opinions ont pris part à la rencontre dont Hamane Touré dit serpent et bien d’autres. « Dans le regroupement Ankabè, nous ne voulons qu’un Mali un et indivisible. On a fait des marches et meeting pour la paix…Aujourd’hui, il n’y a plus de poursuite contre l’ancien président ATT. L’assemblée nationale a déjà vidé ce dossier », c’est par ces mots que le président de la Plateforme Ankabè, l’honorable Moussa Timbiné a commencé son allocution. Avant de souhaiter l’union sacrée entre tous les présidents de la République du Mali. Parlant de la réforme constitutionnelle, il a fait savoir qu’il y a eu une tentative de révision constitutionnelle en 2000 sous Alpha Oumar Konaré et une autre en 2011 sous ATT.

A l’en croire, la présente révision constitutionnelle initiée par le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) vise à corriger les insuffisances notoires dans la constitution de 1992. Il a rappelé que les députés ont apporté 75 amendements au texte. Sur les 43 amendements de l’opposition, dit-il, 39 ont été pris en compte.

L’honorable Timbiné a mis l’accent sur les innovations du nouveau texte qui sont entre autres: la simplification du préambule, la création du Senat et de la cour des comptes, la prorogation du délai de 45 à 90 jours en cas de vacance de pouvoir, l’interdiction du nomadisme des députés au risque d’être déchu de son mandat, la participation de la diaspora malienne à l’élection législative etc. Quant au ministre Amadou Koïta, il a invité la population malienne à voter massivement OUI lors du référendum. A l’en croire, il y aura des actions de sensibilisation lors de la campagne référendaire qui commence le 23 juin prochain.

Aguibou Sogodogo

Source : aBamako

aBamako