Fin de ramadan : Les Bamakois préparent la fête de l’Eid el Fithr

23

Après un mois de jeûne plein de dévotion, les musulmans du monde entier s’apprêtent à célébrer la fête de l’Aid el Fitr, communément appelé “ Sélifitini“ dans quelques jours. Partout dans la ville, l’ambiance est palpable.

Comment les Bamakois préparent cette fête du calendrier musulman ?

Le mois de ramadan tend vers sa fin et les préparatifs vont bon train. C’est l’occasion pour bon nombre de chefs de famille de faire plaisir à leurs familles. Et à quelques jours de la fête, la fièvre monte d’un cran. Un tour aux marchés suffit pour se rendre compte de l’ambiance de ce rendez-vous.

Au marché des Halles de Bamako, l’ambiance est festive. Selon les commerçants, tout se passe bien car les clients viennent s’approvisionner en grand nombre. Le constat est le même dans les ateliers de couture.

« Depuis la semaine passée dans notre boutique, les gens ont commencé avec les achats. Il y a un peu d’engouement par rapport à l’année passée, parce qu’à cette même date de l’année précédente le marché était morose », affirme Alpha Ly, commerçant aux Halles de Bamako.

Couturier de son état, Moussa Koné constate qu’il a suffisamment de clients cette année, mais il a décrié le retard pris par beaucoup de clients cette année. Cela pourrait accentuer la pression à la veille de la fête, a-t-il-ajouté.

En pleine discussion avec le couturier, une cliente du nom de B. Lah, enivrée de colère réclame ses habits avec un ton élevé. « Je suis là pour récupérer mes habits de fête, mais ils ne sont pas prêts. Je devais les avoir depuis samedi passé et nous sommes jeudi. Si tu ne voulais pas les coudre, il fallait me dire, j’allais chercher une solution », vocifère Bintou Lah.

Pour beaucoup, la fête de l’Aid el Fitr nécessite une tenue spécialement cousue pour l’occasion, sauf en cas de force majeure.

Si pour certains clients les prix sont abordables cette année, pour d’autres c’est le contraire.

« Je suis venu acheter des habits pour la fête, mais les prix ont pris de l’ascenseur », regrette Boubacar Traoré.

Selon Mamadou Diallo : ” Cette année vraiment il y a la qualité au marché, qu’on trouve à des prix raisonnables “.

La fête de ramadan est une occasion de communier de chercher, de se souhaiter des bons vœux et de se demander pardon pour les éventuelles erreurs et manquements commis, hélas le côté festif et vestimentaire à tendance à cacher cet objectif premier.

Bonne fête de l’Aid el Fitr à tous les musulmans du monde entier.

Zié Mamadou Koné

Stagiaire

Source : aBamako

aBamako