Réduction de la morbidité et de la mortalité infantiles au Mali : La DPFEF de la commune V plaide pour la fréquentation des centres de santé par les femmes

11

La Direction de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille de la commune V du District de Bamako a organisé le mardi 20 juin dernier, à la Maison de la Femme à Sabalibougou, une conférence-débat sur le thème : « fréquenter les centres de santé, contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité infantiles».
Pour Gogo Tall, gynécologue et représentante de la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille à cette conférence, c’est une occasion pour rappeler aux femmes, l’importance de la fréquentation des centres de santé. Selon elle, c’est l’un des moyens de prévention contre les maladies causant la mort des enfants.
A en croire Gogo Tall, d’après les estimations, plus de 70% de près de 11 millions de décès d’enfants enregistrés toutes les années sont attribuables à six causes principales. Il s’agit de la diarrhée, du paludisme, des infections néonatales, de la pneumonie, des accouchements prématurés ou le manque d’oxygène à la naissance. Elle ajoutera que des soins de mauvaise qualité après la naissance sont la cause principale des décès des enfants.
Plus loin, Gogo Tall a signalé que quatre millions de bébés meurent par an pendant la semaine qui suit leur naissance. C’est pourquoi, elle dira qu’il est nécessaire de sensibiliser davantage toutes les femmes pour que le taux de mortalité chez les enfants diminue.
« Les femmes ne doivent pas prendre en compte le comportement des gynécologues car seule la santé de leurs enfants doit être leur priorité », a-t-elle indiqué, tout en demandant aux pères de familles d’assister leurs épouses lors des différentes visites dans les centres de santé pour le développement et le bonheur de leurs familles.
« Mieux vaut prévenir que guérir », a-t-elle rappelé. Avant de déplorer que beaucoup de femmes ne respectent pas les rendez-vous des gynécologues. Car, lorsqu’il s’agit de patienter avant leur tour de consultation, nombreuses sont celles qui préfèrent ne pas rester.
«La santé de la mère est aussi essentielle pour un nouveau-né à la lumière de nouvelles recherches qui suggèrent qu’un bon environnement néonatal est une garantie de santé future », a-t-elle conclu.
Adiarra Coulibaly(Stagiaire)

Source : aBamako

aBamako