Dividende démographique : La feuille de route nationale s’affine

17

Elle décrit explicitement les domaines d’investissement clés en lien avec le développement de la jeunesse et ses besoins en éducation, en formation professionnelle et en termes d’insertion

Le ministre de la Promotion de l’Investissement et du Secteur privé, Konimba Sidibé représentant le Premier ministre, a procédé, vendredi dernier, au lancement de la Feuille de route nationale sur le dividende démographique au Mali. Cette feuille de route va permettre de tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse. La cérémonie officielle de lancement de la feuille de route s’est déroulée à l’hôtel Salam en présence du ministre de l’Aménagement du territoire et de la Population, Adama Tiémoko Diarra, du ministre de la Jeunesse et de la Reconstruction citoyenne, Amadou Koïta et de la représentante résidente du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), Mme Josiane Yaguibou. Les activités liées au lancement officiel faciliteront, en effet, l’appropriation nationale des feuilles de route de l’Union africaine et du Mali par les acteurs au niveau national.
La représentante de l’UNFPA a rappelé que la population malienne est très jeune. Les données du dernier recensement datant de 2009 indiquent que plus de la moitié, soit 58% de la population a moins de 18 ans et que 40% de la population active a entre 15 et 24 ans avec des besoins en éducation, en formation professionnelle et en termes d’insertion. Tous ces jeunes arrivent sur un marché du travail où la demande d’emplois augmente plus vite que les possibilités d’offre.
La responsable de l’organisme onusien a indiqué que les adolescents constitueront la pierre angulaire de la capture du dividende démographique. Pour elle, le pays en bénéficiera s’ils sont maintenus à l’école, si leurs compétences de vie et de participation sont améliorées. Mme Josiane Yaguibou estime qu’avec des ressources suffisantes, la mise en œuvre de cette feuille de route améliorera la contribution de la jeunesse au développement et à l’émergence du pays.
Le ministre Adama Tiémoko Diarra a souligné que la feuille de route a été élaborée en tenant compte de l’impérieuse nécessité de transformer le potentiel de l’immense population de jeunes en dividende démographique. Elle vise à aider notre pays à s’acheminer vers les aspirations et les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Union africaine et de l’Agenda du développement durable à l’horizon 2030. Toujours selon le ministre, elle décrit explicitement les domaines d’investissement clés en lien avec le développement de la jeunesse. Il a précisé que c’est dans ce domaine que le Mali doit maximiser son potentiel afin de tirer pleinement profit du dividende démographique dans les décennies à venir.
Parlant encore de la feuille de route, Adama Tiémoko Diarra, a déclaré qu’elle fait ressortir le potentiel de croissance économique possible à travers un investissement massif dans le développement de la jeunesse. Elle permet d’avoir une vue intégrée des différents domaines d’intervention ciblant les adolescents et les jeunes et en rapport avec les quatre piliers déterminants du dividende démographique. La feuille de route nationale, en plus d’indiquer les efforts d’investissements du Mali dans le développement de la jeunesse, facilitera la mise en cohérence intersectorielle des interventions d’autonomisation des jeunes, acteurs incontournables du développement. Compte tenu de la situation des femmes et des jeunes dans notre pays, le chef du département de l’Aménagement du territoire et de la Population a confié que ledit département vient de procéder à l’actualisation de sa politique de population avec comme objectif principal l’atteinte du dividende démographique, la maîtrise du rythme de la croissance démographique afin de la mettre en adéquation avec la croissance économique.
Selon le représentant du Premier ministre, la présente feuille de route devra servir d’outil permettant à notre pays de faire de la démographie un facteur de croissance économique. Il a soutenu que l’objectif poursuivi est de faire du capital humain un intrant déterminant pour une croissance inclusive et soutenue.
Le ministre a reconnu que notre pays connaît une dynamique démographique marquée par un taux fort de fécondité, une proportion élevée de population de moins de 15 ans et un fort taux de dépendance dû en partie à la forte proportion des jeunes de moins de 27 ans. Ces jeunes, selon, Konimba Sidibé, constituent une ressource extraordinaire et un important levier devant apporter à l’économie nationale la vitalité nécessaire à sa croissance. Toutefois, dit-il, ce potentiel peut être compromis si les attentes des jeunes en matière de santé, d’éducation et d’emplois ne sont pas comblées. Le ministre pense que l’arrivée sur le marché du travail de très nombreux jeunes doit être suivie d’une forte croissance économique et de la création d’emplois décents et pérennes.
S’agissant de la feuille de route, il a souligné qu’elle a pour référence le cadre national de conduite de la politique de développement à moyen terme de notre pays.
Il s’agit, précisera le ministre, du cadre pour la relance économique et le développement durable des politiques et stratégies sectorielles nationales, des programmes et interventions spécifiques de développement de la jeunesse. Il a expliqué que ces documents renvoient aux défis et investissements programmés au niveau des secteurs de l’emploi et des compétences de vie, de l’éducation, de la formation et de la santé, y compris la santé de la reproduction et la santé mentale et physique, mais aussi des domaines de la gouvernance et des droits et responsabilités des jeunes.

Fatoumata NAPHO

Source : aBamako

aBamako