Journée de l’enfant Africain : Plan International Mali réitère son attachement à la protection des Enfants

30

A l’occasion de la journée de l’Enfant Africain, Plan International Mali a organisé une visite de terrain à Hèrèmakono, Bougoula et à Sinsina, le 16 et 17 juin 2017 pour réitérer son attachement à la protection des enfants et s’enquérir de ses actions en faveur des enfants.

Après avoir rappelé le thème, qui est « L’agenda 2030 pour un Développement Durable en faveur des enfants en Afrique : Accélérons la protection, la responsabilisation et l’égalité des chances par la régularisation rapide des enfants non déclarés à l’état civil, notamment dans le Nord du Pays », M. Wongue a indiqué : bien que le Mali ait ratifié la plupart des Conventions Internationales relatives aux droits de l’Enfant, ce qui est à saluer, beaucoup reste à faire pour rendre effectifs les droits des enfants à la protection et à la participation dans le pays. « Jusqu’à l’année dernière, 19% des enfants de moins de 5 ans n’étaient pas enregistrés à la naissance. 15% des filles étaient mariées à l’âge de 15 ans en 2013 ». Pourcentage qui devrait être revu à la hausse, à défaut de pouvoir objectivement établir l’âge de l’enfant, recommande-t-il.

Sur le terrain, la visité a débuté par le Centre de développement de la petite enfance (CDPE) à Sinsina, qui enregistre un effectif de 158 enfants, dont 78 garçons et 80 filles (repartis en deux groupes : 2 à 3ans et 4 à 6ans). Ce centre qui compte 2 salles de classes, une cantine, trois toilettes et une large cour équipée, a été réalisé en 2015, par Plan International Mali. Selon le président du CDPE, M. Bengaly Sekou Doumbia, ce centre est comme un jardin d’enfants qui prépare les enfants avant l’âge de l’école.

La deuxième étape de la visite a concerné le centre Pass+ de Hèrèmakono, qui est une stratégie de scolarisation accélérée, un condensé des programmes de la 1ère à la 3ème année, dispensée en 8 mois. Ce projet d’accès à l’éducation primaire par la stratégie de scolarisation accélère/passerelle appelé Pass+ se situe dans le programme d’éducation primaire de Plan International Mali. Il vise, au dire de Mamadou Samba Bocoum, Coordinateur de Zone de la stratégie de Scolarisation Accélérée (Pass+ (inclusion et genre), à faciliter l’accès des enfants scolarisés et déscolarisés de 8 à 12 ans, à une éducation inclusive et sensible au genre.

A Bougoula, Chef-lieu situé à 25 km de Sanankoroba, la délégation conduite par Thiékoro Coulibaly, chargé à la communication Plan International Mali s’est entretenue avec les membres de l’association des productrices d’arachide, qui, grâce aux financements de Icrisat à travers Plan International Mali, parviennent à satisfaire les besoins fondamentaux de leurs enfants. « Nous sommes 67 femmes au sein de l’association à bénéficier du financement de Icrisat qui nous a équipées en charrette, âne, bœuf, moto…ce qui nous permet aujourd’hui de payer la scolarité de nos enfants », confie Mme Coulibaly Maimouna Samaké, l’une des porte-parole des femmes. Malgré des difficultés liées à la raréfaction des terres agricoles, ces femmes ont produit 2t105kg d’arachides l’hivernage passé. Elles comptent revoir leur production à la hausse si elles parviennent à se procurer assez d’espace auprès des notabilités.

La visite a pris fin par une séance d’échanges avec le comité de protection des enfants, composé de 27 personnes (enfants et adultes). Ce comité créé il y a dix ans par Plan Intetrnational Mali, veille au respect des droits de l’enfant partout dans la commune. » De moins en moins, les enfants subissent la privation de leurs droits dans la zone, grâce aux actions de plaidoyer que menons aux près de nos pairs« , rassure le vice-président du comité, Kalou Coulibaly.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here