Révision constitutionnelle : Les débats reprennent avec passion

19

La pause imposée par la fête d’Aïd el fitr, sur le processus de la révision constitutionnelle a déjà pris fin. Entre partisans du OUI et ceux du NON, l’heure est à la mobilisation pour convaincre le peuple. Trois grands événements organisés par les deux tendances sont à affiche cette semaine.

Les débats sur la révision constitutionnelle reprennent avec l’évocation de la question par le président de la République lors sa présentation de vœux à l’occasion de la fête d’Aïd el fitr, le dimanche dernier. A cette occasion, IBK avait soutenu qu’on ne peut pas être avec l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale et s’opposer encore à la révision de la Constitution. Dès lors, les partisans du OUI et ceux du NON s’activent pour convaincre le peuple à épouser leur cause.

En assemblée générale hier, la Plateforme « An tè son A bana ne touche pas à ma constitution », décide de battre à nouveau le pavé, après sa grande marche du 17 juin dernier. Cette fois-ci, elle prévoit un meeting avec une mobilisation sans précédent à Bamako, le samedi 1er juillet. Lors de cette manifestation, la Plateforme qui regroupe des Organisation de la société civile, des partis politiques de l’opposition et des centrales syndicales, exigera au président de la République de retirer purement et simplement son projet de révision constitutionnel. En plus de cela, la présidente de la Plateforme « An tè son A bana, ne touche pas à ma constitution», Sy Kadiatou Sow et ses camarades ont décidé d’étendre leur mouvement à l’intérieur du pays.

De son côté, la Plateforme « An sona » veut montrer ses muscles aujourd’hui au Palais des sports. Première grande manifestation pour eux depuis le début du processus, le meeting des partisans du OUI se veut un espace de sensibilisation, en réponse aux « détracteurs de la nouvelle loi ».

« Notre objectif principal, c’est de dédiaboliser la loi. Nous allons expliquer à la population ce qui a été voté par l’Assemblée nationale et expliquer les motivations de la révision de la Constitution du 25 février 1992 », a souligné Mamadou N’Diaye, porte-parole de la Plateforme « an sona ».

Porteur du projet de la révision constitutionnelle, le ministre des Droits de l’Homme et de la Réforme de l’Etat, Me Kassoum Tapo, après son face-à-face à avec Tiébilé Dramé, le vendredi dernier sur Studio Tamani, croisera le fer avec un cadre de l’opposition le jeudi 29 juillet dont l’identité n’a pas encore été dévoilée.

Initié par le Mouvement Trait d’union de la maire de Goundam, Oumou Sall Seck, Me Tapo devrait débattre avec Me Hamidou Diabaté, constitutionnaliste et partisans du NON. Ce dernier, selon les organisateurs, a prévenu de son empêchement. Mais le débat aura lieu avec un autre partisan du NON qui sera connu aujourd’hui.

En attendant la convocation du nouveau collège électoral pour le référendum, les débats se poursuivront avec beaucoup de passion autour de la révision de la loi fondamentale.

Maliki Diallo

Source : aBamako

aBamako