Vie associative : L’Amausa fait sa mue

16

Les membres de l’Association malienne des anciens universitaires et stagiaires d’Algérie (Amausa), au cours d’une rupture collective du jeûne le vendredi dernier au Palais des sports, ont exprimé le vœu d’impulser un nouveau dynamisme dans leur structure faîtière afin de pouvoir pleinement contribuer au développement économique de notre pays.

La 4e édition de la rupture collective de jeûne de l’Association malienne des anciens universitaires et stagiaires d’Algérie (Amausa) a drainé ce vendredi une foule compacte. L’événement, placé sous le haut parrainage de l’ambassadeur d’Algérie au Mali, S. E. M. Boualem Chebihi, a permis au président de l’Association, Hamed Salif Camara, de rappeler les activités phares qu’ils ont menées ces dernières années. Il a également annoncé les perspectives du bureau. Il s’agit de l’élaboration d’un plan triennal de développement économique avec comme objectif de mettre à la disposition de l’Etat malien des ressources humaines capables de relever les défis qui s’imposent à notre pays.

Il a remercié l’ambassadeur pour avoir accepté de parrainer la présente édition de “Ftor” et des efforts que son pays ne cesse de déployer pour octroyer des bourses d’études et de stage à notre pays sans oublier la conduite de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale.

S. E. M. Boualem Chebihi a remercié l’Amausa pour avoir l’associé à cet événement. Selon lui, cette rencontre évoque à l’évidence l’excellente coopération entre nos deux pays dans le domaine de la formation et la mise en valeur des ressources humaines.

L’Algérie offre à notre pays chaque année des dizaines de bourses et dont le nombre a atteint le cap de 1500 de bourses d’études.

O.D.

Source : aBamako

aBamako