Dr Oumar Mariko, président du parti Sadi : ‘’Si IBK ne veut pas entrer tristement dans l’histoire du Mali qu’il retire ce projet de révision constitutionnelle‘’

18

Le président du parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) le Dr Oumar Mariko était devant la presse le mercredi 28 Juin 2017 au siège du parti. Objectif : expliquer la position du parti sur le projet de révision constitutionnelle en cours au Mali. selon le Dr Oumar Mariko, son parti rejette purement et simplement le projet de révision constitutionnelle.

Le Dr Oumar Mariko connu pour son franc parler n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour fustiger le projet de révision constitutionnelle qui continue à défrayer la chronique au Mali ainsi qu’en dehors du pays. « Ce projet de révision constitutionnelle proposé par le président IBK n’a pas sa raison d’être, le Mali à d’autres priorités que ça. Qu’IBK et son gouvernement se penche sur les priorités qui sont sécuritaires, économiques et autres qu’un projet de révision constitutionnelle qui divise plus les Maliens que de les unir. Si IBK ne veut pas entrer tristement dans l’histoire du Mali qu’il retire ce projet de révision constitutionnelle », préconise-il.

Dans cette insécurité généralisée, selon lui, impossible de tenir un referendum a défaut qu’on ne l’impose et cela le peuple souverain du Mali n’acceptera pas. Mariko a affirmé que sa formation politique est parti prenante de la plateforme ‘’An té, A Bana : Touche pas à ma constitution’’ et que son absence lors de la marche du samedi 17 juin 2017 était dû à son déplacement à l’extérieur du pays mais qu’il sera bel et bien présent lors du meeting prévu le 01 juillet 2017 dans le but d’inciter IBK et son gouvernement à bouter en touche leur projet de révision constitutionnelle qui, à ses yeux, pose les jalons de la dislocation du pays.

Le président du parti SADI a noté la mobilisation des maliens de la diaspora contre le projet tout en les félicitant pour leur esprit patriotique qui, selon lui, les guide afin de contraindre « le président IBK et ses apprentis sorciers » à ne pas violer la constitution du 25 Février 1992. Mariko a fait savoir qu’IBK veut imposer aux maliens un projet qu’il a lui-même honni en 2010 lorsqu’il était opposé au président Amadou Toumani Touré.

A ses dires, IBK a perdu le contrôle du navire Mali à cause de sa léthargie et est dépassé par les événements. « Le médicament qu’on pourra lui inscrire serait qu’il s’active à offrir des cartes ninas à des Maliens qui n’en n’ont pas et qu’il décide de ne plus se représenter aux élections présidentielles de 2018 ; de ne point soutenir un candidat et d’organiser des élections transparentes et crédibles. En exauçant ce vœu, il pourra entrer par la grande porte dans l’histoire du Mali et c’est ce que les maliens attendent de lui » précise le Dr Mariko.

Moussa Samba Diallo


Source : Africatime

Africatime