Projet de révision de la Constitution du 25 février 1992 élaboré en France par un avocat international : 650 millions Fcfa (1 millions d’euros) déboursés pour un projet (mort-né ?)

35

Un budget de 500 millions Fcfa soumis à IBK pour le financement de la campagne du RPM et ses partenaires
Décidément dans ce pays dit démocratique, le ridicule ne tue pas, ou ne tue plus depuis un certain temps. Sinon comment comprendre que notre pays puisse manquer de cadres jusqu’à aller payer une immense fortune à un avocat français pour l’élaboration du projet de révision de la Loi fondamentale de notre pays. Selon des sources concordantes, une première mouture a été faite dans l’Hexagone avant de subir d’énormes modifications à l’Hémicycle pour l’adapter aux réalités maliennes et certainement au goût du prince du jour, comme cela est de tradition dans notre pays. Selon diverses sources, le projet de Constitution élaboré par le cabinet d’un avocat international français aurait coûté la bagatelle de 1 million d’euros soit 650 millions FCFA à notre Trésor public. Pour un projet mort-né. Car, cette mouture à la française aurait été totalement charcutée quand elle fut transmise à l’Assemblée nationale par le Gouvernement. Avant que la version de l’Hémicycle ne fasse elle-aussi l’objet de rejet de la part de l’opinion nationale qui a vu en ledit projet une «monarchie» en construction qui ne dit pas son nom.

«C’est archifaux» Me Tapo dixit

Le nom d’un avocat international français – que nous taisons volontairement- est même cité comme étant l’auteur de la première mouture du projet. Interrogé par nos soins, le ministre des Droits de l’Homme et de la Réforme de l’Etat, Me Kassoum Tapo a réagi en disant que «c’est archifaux ». C’est-à-dire que cette information n’est pas vraie. Sans pour autant daigner nous donner d’amples informations. Quels sont alors les cadres maliens et étrangers qui ont élaboré le projet de révision constitutionnelle que le Gouvernement a soumis à l’Assemblée nationale ? Combien ledit projet a-t-il couté ? Les preuves. Nous attendons.

En tout cas, pour battre campagne, le RPM et ses partenaires au sein de la Convention de la Majorité présidentielle (CMP) avaient élaboré un projet de budget à hauteur de 500 millions FCFA qui a été soumis au chef de l’Etat et président-fondateur du RPM. La CMP avait envisagé d’aller battre campagne, à l’intérieur du pays et à l’étranger, afin que le « oui » puisse l’emporter largement à l’issue du référendum qui était alors prévu pour le 9 juillet prochain.

Mamadou FOFANA

Source : aBamako

aBamako