Mali : l’appel à l’aide du propriétaire du Campement, l’hôtel visé par une attaque terroriste

35

Hervé Depardieu a créé le Campement, où cinq personnes ont été tuées. Il veut le reconstruire et appelle à la création d’une police touristique. Le président Macron le rencontrera dimanche, en marge du sommet G5 Sahel.

C’est arrivé. Ça pouvait arriver n’importe où. Dans un pays voisin, une ville voisine ou un hôtel voisin. Mais ils ont choisi le Campement. Pourquoi ? Peut-être parce que c’est un symbole : un symbole de paix, de beauté et d’harmonie.

La mission des terroristes est de faire peur. Ils ont réussi. Leurs commanditaires sont satisfaits. Nous, nous pleurons les morts et l’anéantissement d’une aventure collective, d’amour et d’amitiés qui a commencé il y a dix ans.
Lire aussi : Au Mali, l’« attaque djihadiste » a fait au moins cinq victimes
L’histoire démarre en 2007. Ma compagne, Mariane Montaut, et moi avons créé le Campement, animés par notre goût de l’artisanat et le plaisir de travailler au Mali. Le Campement a commencé par accueillir des touristes, voyageurs en route pour le pays dogon, ou le festival de Ségou. Certains depuis Mopti embarquaient sur des pirogues vers Djenné ou Tombouctou. Des rallyes transsahariens faisaient escale, et de paisibles retraités arrivaient en camping-car par le nouveau goudron mauritanien. Nous croisions des dizaines d’associations et d’ONG faisant une halte avant de se rendre comme chaque année, dans le village où elles menaient leur projet amical et solidaire. Nous organisions des colonies de vacances pour les scolaires de Bamako, et des festivals de musique « les 24 heures en brousse » où Bamakois et voyageurs dansaient sur la musique de Habib Koité, Kar Kar, ou de Mangala Camara...
Le Campement était un lieu de rencontres, où se mêlaient toutes les cultures, tous les âges et toutes les religions. Le Mali était perçu par ceux qui le découvraient comme le pays le plus accueillant et le plus pacifique du monde. La fréquentation touristique était en forte croissance. Cette époque fait figure de paradis perdu pour tous ceux qui l’ont connue. Pourtant, c’était il y a moins de dix ans…

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here