Gouvernance : Si IBK pouvait imiter Macky Sall

67

« Transport ; Air Sénégal s’envolera en décembre, » tel est le titre d’un encadré paru dans l’hebdomadaire « Jeune Afrique, N°2944 du 11 au 17 juin 2017. « Le décollage du premier vol de la compagnie aérienne créée en avril 2016 sur les cendres de Sénégal Airlines est prévu le 7 décembre 2017, depuis le nouvel aéroport international Blaise – Diagne (AIBD), qui sera inauguré à cette occasion. La compagnie pilotée par Mamadou Lamine Sow va acquérir pour 18 milliards de F CFA (27,4 millions d’euros) deux appareils de 70 places auprès de l’avionneur franco – italien ATR, qui seront livrés en novembre.

Le contrat d’achat sera signé au salon du Bourget, où se rendra le chef de l’Etat, Macky Sall, accompagné d’une importante délégation venue de Dakar », écrivait le confrère.

Une très bonne nouvelle pour les Sénégalaises et les Sénégalais. De nouveau, leur pays, la République du Sénégal, dispose de sa flotte nationale. Question de souveraineté ! Sinon, tout le monde sait que la présidence sénégalaise est bien approvisionnée en appareils volants. Idem pour la vaillante Armée sénégalaise, également bien fournie et dotée.

Aussi, les travailleurs des compagnies aériennes défuntes du pays retrouveront du travail. Cela est un pan de la lutte contre la pauvreté. L’opération se fait en toute transparence. A en croire JA, le contrat est signé publiquement par le Chef de l’Etat, Macky Sall. Il était récemment à Paris et on l’imagine, c’est déjà fait. Il ne s’agit pas d’un avion mais de deux avions pour la modeste somme de 18 milliards de F CFA. Dans la foulée, un nouvel aéroport est inauguré. Quelle prouesse !

Une prouesse qui contrarie ce qui se passe au Mali, notre pays. A peine porté à la présidence de la République d’un pays en état de guerre, secoué par de multiples crises, pauvre des pauvres, M. Ibrahim Boubacar Keïta, IBK, a cru devoir s’octroyer un avion. Un moment donné, ses compatriotes avaient pensé que cela serait suivi de l’achat d’autres avions pour leur Armée nationale. Et que des blindés d’une puissance de frappe inimaginable viendraient compléter le tableau. Il n’en fut rien !

N’eussent été les révélations du « Sphynx », l’un de nos confrères de la place, les Maliennes et les Maliens n’auraient rien appris de ce qui s’était passé. L’affaire de l’avion d’IBK, un vieux Boeing, défraya les chroniques. Pas moins de quatre hautes personnalités se relayèrent pour parler de son prix d’acquisition : Ministres, Premier ministre,…Lui-même évoqua un montant. Du jamais vu dans notre pays. Même l’interpellation du Chef du gouvernement par les Députés ne permit pas d’éclairer les lanternes.

Depuis son acquisition, le Boeing est resté à la disposition exclusive de celui qui en rêvait. Même son équipage échappe à ses compatriotes. D’une flotte nationale, Air Mali nouvelle version, l’on n’en parle point. Près de nous, au Sénégal, un jeune Président de la République, M. Macky Sall, a fait mieux. Les Maliens et leurs pouvoirs publics doivent en être jaloux.

Et si IBK faisait autant !

B Koné

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here