S O S Rail : Plaidoyer d’un Citoyen

12

Sauvons nos familles, notre environnement, notre vie, si cette démarche reste le fonds de la lutte du collectif « Sauvons le Rail », nous y adhérons entièrement et profondément.

Le Rail a été et est le ciment de notre cohésion sociale, le moteur d’un développement économique et culturel pour l’ensemble des riverains.

Hier, fierté de tout un pays et de la communauté concernée, aujourd’hui, le Rail est la honte, le désespoir d’un peuple, d’une nation. En conséquence, nous assistons à l’éclatement des familles, d’effondrement du tissu parental, la destruction du tissu économique et quoi d’autre encore ?

Et pourtant, face aux grands défis de l’histoire, les cheminots ont fait montre d’un nationalisme profond et d’une volonté parfaite de lutte contre l’injustice. Pour preuve, nous citerons la grève de 1946 qui fera tache d’huile dans la lutte syndicale dans notre pays. Ces braves cheminots étaient soutenus par ces mêmes communautés aujourd’hui sevrées. Quelle place occupe ce syndicat de nos jours sur l’échiquier national ?

La privation du réseau dont a vivement défendu et vanté a montré ses limites dans tous les domaines. L’on se souvient encore que pour justifier son forfait, le décideur de l’époque a tenu les cheminots pour responsables de toutes les dérives et de tous les péchés sur les rails.

Hélas, l’histoire a tranché et l’on se demande si le pari a été gagné.

Quel but était donc visé par le décideur d’alors avec un tel scénario ? Nous n’avons pas fini d’être surpris depuis.

Pour mémoire, de 1962 à 2003, combien de programmes d’investissements ont été initiés et mis en œuvre ? Nous citons entre autres.

– Le transfert de la gare marchandise à Korofina pour 1,5 milliards de francs CFA.

– L’aide Allemande de près de 2 millions DM (Locomotive et pièces de rechanges.

– L’aide Canadienne 10 M DC (8 locomotives, 100 wagons et pièces de rechanges.

– L’aide Française rame expresse et autorail + wagon reformé pour près de 15 milliards de francs CFA.

– L’aide Belge 200 millions de francs CFA pour le ballastage de la voie, etc…

Il est vrai que beaucoup d’argent a été englouti et beaucoup d’efforts consentis. II est aussi vrai qu’un relâchement a été constaté faute d’une gestion convenable et moralisatrice.

A ce jour malheureusement, quel constat faisons-nous en termes d’équipement existant (locomotives-wagons-voie et traverse etc…)

Sans surprise, la ferraille a fait de beaux jours au chemin de fer et ailleurs.

Au-delà du sursaut pour l’éveil du Rail et l’épanouissement du peuplement du Rail, certaines réflexions s’imposent.

Le salut sincère et responsable des Décideurs qui ont su se démarquer du comportement des prédécesseurs avec humanisme et respect. Cet effort doit être soutenu et suivi. Si le montant dégagé ne représente qu’une infime partie des besoins réels, l’Etat doit s’assurer que les dépenses obéissent aux règles établies car la magie des écritures plane au-dessus de nos têtes, chose qui nous hante.
La moralisation des Acteurs actuels du Rail vers plus de transparence et d’efficacité. Après 20 ans de prêche, il faut chercher à être Imam.
La moralisation et le suivi rigoureux du trafic voyageurs par le ou les syndicats.
Le suivi de l’application des recommandations sur ce trafic par le collectif.
L’établissement d’un code de conduite pour une meilleure circulation des trains.
Il reste entendu que si une orientation précise n’est pas faite ici ou que si les acteurs concernés (Etat, Direction, Syndicat et Collectif S .R) ne s’investissent pas et ne changent pas de paradigme, notre attente risquerait d’être une déception, chose qui n’est pas à l’honneur de notre pays et de son peuple.

Il est enfin temps de nous remettre en cause : pourquoi est-on arrivé là et quels sont les responsables ?

Un « Flash-Back » nous commande pour comprendre les questions qui nous sont posées. A notre humble avis, on ne peut pas aimer le Rail et être loin du Rail : car on ne comprendrait rien de la mentalité qui anime ce peuplement.

(Contribution. Le titre est de la Rédaction)

Toumani Traoré

Bamako

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here