Plaidoyer pour les Soins Essentiels dans la communauté au Mali: La FENASCOM et l’AMM scellent une coalition

16

La Fédération Nationale des Associations de Santé Communautaire (FENASCOM) et l’Association des Municipalités du Mali (AMM) ont créé une coalition nationale pour appuyer l’Etat dans le renforcement des Soins Essentiels dans la Communauté(SEC). Son lancement a eu lieu le jeudi 6 juillet dernier à l’hôtel Radisson Blu. La cérémonie était présidée par Dr Salif Samaké, conseiller technique, représentant le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, en présence du président de ladite coalition M. Yaya Zan Konaré et de Mariama Ciré Bah, directrice du bureau de santé de l’USAID.
C’est en présence des représentants des partenaires techniques et financiers entre autres, l’USAID, l’UNICEF, la Fondation Aga Khan que la FENASCOM et l’AMM ont lancé leur coalition dans le cadre du renforcement des Soins Essentiels dans la Communauté au Mali. Il s’agit donc pour la coalition, de renforcer et pérenniser la stratégie des SEC afin de contribuer au renforcement de la mise en œuvre effective du plan stratégique national des Soins Essentiels dans la Communauté.
Pour relever les défis qui sont, la pérennisation du salaire des ASC, le financement des SEC par l’Etat et les collectivités et enfin la couverture de tous les districts dans les régions du Sud et du Nord du pays par la stratégie SEC, la Coalition Nationalepour les Soins Essentiels dans la Communauté se fixe comme objectifs, de renforcer l’échange, l’apprentissage et la coordination entre les membres et partenaires par rapport aux SEC. Mais aussi d’œuvrer pour la fonctionnalité des cadres de coordination et des structures de mise en œuvre des SEC au niveau local, régional et national; d’œuvrer pour le renforcement des formations sur les SEC, des écoles de santé et des Agents de Santé Communautaire; de faire le plaidoyer pour une augmentation des budgets alloués par l’Etat aux SEC et mobiliser ses membres et partenaires pour le plaidoyer en vue de l’intégration des ASC dans la fonction publiques des collectivités territoriales.
D’entrée de jeu, le président de la coalition Yaya Konaré, a déclaré que ce jour marque un tournant important pour le renforcement et la pérennisation des Soins Essentiels dans la Communauté au Mali. Selon lui, les SEC sont l’ensemble des services et des actions préventifs, curatifs et promotionnels ayant une efficacité scientifiquement prouvée, socialement acceptables, accessibles géographiquement et financièrement mises en œuvre avec la communauté pour réduire la morbidité et la mortalité au niveau des ménages et des familles.
A en croire Yaya Konaré, le plaidoyer visera donc à contribuer, à promouvoir et à instaurer une communication visant la sensibilisation et la mobilisation de tous à la cause des SEC. Ensuite, faire en sorte qu’après cet évènement, les vies de millions de nouveaux nés et d’enfants maliens soient sauvées.
Mariama Ciré Bah, Chef de file des partenaires techniques et financiers a félicité la FENASCOM et l’AMM pour cette initiative à laquelle ils ont été associés. Elle a souligné que la problématique de la morbidité et de la mortalité des enfants au Mali constitue une préoccupation majeure pour eux. Car selon elle, de 1987 à 2013, l’analyse des résultats des différents indicateurs de l’Enquête Démographique de la Santé du Mali montre une amélioration importante de ces indicateurs. Montrant ainsi que le Mali est passé d’un taux de mortalité infanto-juvénile de 249 pour 1000 naissances vivantes en 1987 à 87 pour 1000 naissances vivantes en 2013.
«Malgré cette diminution, une disparité importante est constatée entre le milieu urbain et rural. Avec l’accroissement de la population, les besoins de couverture en soins de qualité sont pressants pour endiguer les principales causes de décès des enfants de moins de 5 ans dus au paludisme, aux infections respiratoires, aux maladies diarrhéiques et à la malnutrition. Je reste persuadée que cette force de coalition nationale constituera un cadre de référence pour accompagner techniquement et financièrement la société civile», a-t-elle indiqué.
Dr SalifSamaké pour sa part dira que le président de la République dans son programme de société a mis un accent sur le renouveau de l’action publique qui passe nécessairement par l’amélioration des services sociaux de base. Il a souligné que cela vient d’être conforté par la déclaration récente de la politique générale du Premier ministre que le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique s’apprête à traduire, dans les prochains jours, à travers un certain nombre de réformes majeures pour le secteur et pour le système de santé au Mali. Des reformesdontle secteur de la santé communautaire ne peut pas être en marge.D’où l’occasion pour lui de saluer l’initiative de cette coalition qui selon lui, vient de rappeler tout le rôle et tout le développement que le Mali a fait en matière de santé communautaire. A en croire Dr SalifSamaké, la question de la santé dans le milieu communautaire connait une attention particulière car, ajoute-t-il, la dernière Assemblée Générale de l’OMS a mis un accent sur cette question. Et d’après lui, un grand mouvement est en chemin pour mieux positionner les agents de santé communautaire.
«Les chefs des Etats au sein de l’UEMOA et de la CEDEAO viennent de prendre des résolutions dans ce sens pour dire que la volonté politique affichée par nos autorités s’inscrit directement et totalement en phase avec tout ce qui est prévu au niveau global et aussi, dans l’espace communautaire CEDEAO auquel nous appartenons», a-t-il déclaré.Tout en indiquant qu’une réflexion doit être poussée au niveau des collectivités par le biais de la décentralisation pour imaginer tout ce qui peut être généré localement concernant la problématique de la prise en charge des salaires des Agents de Santé Communautaire (ASC).
Moussa Sékou Diaby

Source : aBamako

aBamako