Femmes et églises protestantes : Un camp pour la paix

18

Dans le souci de contribuer au retour de la paix dans notre pays, l’Association malienne des femmes des églises protestantes (AMAFEP) a organisé, mardi au Stade du 26 mars, un camp d’enseignement et d’édification, 3è du genre, à l’intention des femmes. Ce camp se terminera le 16 juillet prochain.
La cérémonie d’ouverture s’est déroulée sous la présidence du représentant du ministre des Affaires religieuses et du Culte, Daniel Théra. C’était en présence du délégué de l’Association des groupements des églises et missions protestantes évangéliques du Mali (AGEMPEM), Youssouf Dembélé, et d’une forte délégation de pasteurs et femmes des églises protestantes.
Pour cette édition, l’AMAFEP a retenu comme thème : « la famille selon le plan de Dieu, gage d’une paix durable ».
La rencontre entend contribuer à la restauration de la paix, à travers la consolidation des acquis, la sensibilisation, la formation et l’équipement spirituel et moral des femmes. Elle s’attellera donc à enseigner aux femmes la construction de la paix afin que nos compatriotes s’unissent pour un avenir meilleur.
Ainsi durant la rencontre, les femmes observeront une journée de jeûne et de prière pour le pays.
Selon Mme Coulibaly Pagnon Dao vice-présidente de l’AMAFEP, l’épanouissement et le développement de notre pays n’est pas possible sans la paix.
Cette rencontre, explique t-elle, intègre la volonté des femmes des églises protestantes de se retrouver autour de la parole de Dieu afin de s’édifier pour être porteur de vie, de paix, de joie à l’image du Seigneur.
Par ailleurs, la vice-présidente a précisé que notre pays a besoin de cet élan d’amour, de partage et de paix dans les cœurs individuellement et collectivement. Ce qui justifie, d’après elle, le choix du présent thème. « Celui-ci contribue à la construction de la paix dans ce pays où nous sommes les premières éducatrices et conseillères » a-t-elle expliqué.
En outre, Mme Coulibaly Pagnon Dao a posé un diagnostic qui reflète la réalité. Elle pense que le Mali traverse depuis des décennies une crise identitaire due à l’effritement de la cellule fonctionnelle de la société qu’est la famille.
Il en résulte une perte des valeurs spirituelles, morales et institutionnelles conduisant à la déstabilisation de l’équilibre fonctionnelle de notre société. C’est pourquoi l’association continue toujours à s’investir dans la quête de la paix pour redonner à la famille son identité et son sens, selon le plan de Dieu a commenté la responsable de l’AMAFEP.
Cependant, elle souhaite qu’à l’issue de ce camp, les femmes acquièrent des outils spirituels, leur aidant à la consolidation de la paix dans la famille et la nation.
Pour le délégué de l’AGEMPEM, les femmes ont une très grande place dans la famille ainsi que dans la nation. Elles doivent par conséquent jouer leur rôle dans ce sens afin d’instaurer la paix et la quiétude. Après avoir longuement évoqué les fondements de la famille, il a invité à promouvoir l’unité dans la famille.
Le représentant du ministre a déclaré que cette rencontre est d’une importance capitale. Elle invite à mobiliser davantage les femmes pour la question de famille.
A cet effet, il a souligné que l’encadrement, l’enseignement et la formation sont nécessaires. Après avoir félicité l’Association malienne des femmes des églises protestantes pour leur initiative, il les a invitées à prier pour la paix durable dans notre pays.

Fatoumata NAPHO

Source : aBamako

aBamako