19ème session du comité de suivi de l’accord : Mamat Saleh Annadif exige le cessez-le feu !

23

Après le maintien du chronogramme du 20 juillet par le Comité de suivi de l’accord (CSA), le représentant spécial du SG de l’ONU ordonne la cessation des hostilités entre la CMA et la Plateforme à Annafis, non loin de Kidal. Ladite session ordinaire s’est ténue le mardi 11 juillet 2017 à Bamako entre les médiateurs et les parties signataires de l’accord.

« Il était à l’ordre du jour, la mise en place du Mécanisme opérationnel de coordination ( Moc), de l’administration, les symboles de l’Etat malien et les reprises des services sociaux de base à Kidal. Malheureusement, les affrontements intercommunautaires qui ont recommencé à Annafis ont assombri l’horizon », a révélé Ahmed Boutache président du CSA, lors du point de presse.

Le président du CSA a déploré les resurgissements des mêmes affrontements entre les parties signataires à chaque fois que le Comité s’approche du volet de retour de l’administration malienne à Kidal. Il a parlé aussi de l’absence de mécanisme de sanction contre la partie qui entraverait le processus de paix. Par contre, Boutache estime que les trois parties signataires, notamment le gouvernement, la Plateforme et la CMA, sont toutes les trois très engagées pour le retour de la paix par l’application de l’accord.

Le président a redonné espoir en disant que les parties signataires vont se concerter afin de parachever le chronogramme du redéploiement de l’administration à la date du 20 juillet. A l’en croire, le CSA garde bon espoir.

Aux termes des résolutions, le CSA requiert la cessation immédiate des hostilités entre CMA et Plateforme, la reprise du dialogue pour une solution définitive et la mise en place du Moc. Sur ce dernier volet, le CSA entend mettre à la disposition des acteurs chargés de la mise en place du Moc, des véhicules et des armes lourdes, selon le diplomate algérien.

Aux termes du communiqué, le CSA exhorte les parties maliennes signataires de l’accord notamment le Gouvernement, la Plateforme et la CMA à respecter leurs engagements. Il demande de nouveau à tous les acteurs de la vie politique, sociale et religieuse de s’impliquer pour la mise en oeuvre du processus de paix.

«Les combats causent beaucoup de tort à l’accord. Quand nous avons commencé les discussions, nos partenaires se sont engagés dans des affrontements. Ce qui nous a pris la moitié de la journée. Le CSA exige la cessation des hostilités. A partir de maintenant j’ai beaucoup de moyen que je peux utiliser avec l’appui de la communauté internationale pour faire respecter le cesser-le feu » a dit Mamat Saleh Annadif, le représentant spécial du Secrétaire Général de L’ONU au Mali.

Sidi Brahim Ould Sidatt représentant de la CMA a promis de nouveau que la CMA respecterait ses engagements. « D’autres sessions, voire extraordinaires pourront être convoquées pour faire le bilan d’avancement ou pour pallier les éventuels obstacles qui pourront surgir », a souligné, Ahmed Boutache.

Koureichy Cisse

(Stagiaire)


Source : Africatime

Africatime