Affrontement entre mouvements armés : La CMA met en cause le Général Gamou – Le GATIA accuse les « Toubabs »

29

Pour la énième fois, le cessez-le-feu entre mouvements armés, signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, a été violé par les frères ennemis Touaregs notamment la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et le Groupe armé touareg Imgad et alliés (GATIA). C’était le jeudi 6 juillet dernier et jours suivants dans le cercle d’Aguel hok. Les affrontements ont baissé d’intensité dans cette circonscription pour être déplacés dans le cercle de Kidal, précisément à Anefif, le mercredi 11 juillet, sous contrôle du Gatia depuis les derniers accrochages. Les Touaregs, minoritaires parmi les minorités au Mali, continuent de s’entretuer et portant un coup sérieux au processus de paix. Au lieu de s’unir pour défendre l’Accord qui accorde d’importants avantages à cette minorité et à leurs collectivités, ils ont choisi de s’humilier, de se tuer comme des mouches, disons de s’exterminer pour des broutilles, des intérêts personnels voire revanchards.

De bonne source, le Gatia a été défait à Anefif, désormais entre les mains de la CMA. Aucun bilan n’est pour l’instant disponible. Les hommes d’Algabass Ag Intallah laissent entendre que « c’est bien le Général Elhadj Gamou, Général de l’armée malienne, qui joue sur deux registres – armée et milice-, qui serait à l’origine de la reprise des hostilités. Nous avons repris Anefif, en nous défendant parce que le Gatia a tenté de rentrer par force à Kidal. Il a échoué, et toute éventuelle tentative sera vouée à l’échec ».

Selon un haut responsable du Gatia « Si notre repli sur Tabankor est considéré comme une défaite, oui nous avons été défait, mais ce n’est pas terminé. La CMA est soutenue par les toubabs en l’occurrence Barkhane. Les forces françaises nous déstabilisent tous les jours, en détruisant notre arsenal. Chaque jour, elles viennent dans nos bases pour retirer des munitions, pour détruire des armes qu’elles considèrent comme lourdes, soit pour procéder à des arrestations de nos meilleurs combattants pour des raisons que nous ignorons. Vraiment, nous sommes fatigués, l’Etat ne nous soutient point, nous sommes laissés à nous-mêmes. Nous demandons aux populations de se mobiliser pour nous soutenir en lieu et place de l’Etat. Les toubabs sont partisans. La CMA est à Kidal avec eux. Ils les laissent circuler librement avec toutes sortes d’armes pendant que nous sommes très limités dans nos déplacements. Non ! Il y a de l’injustice ! Tant que cela perdure, il n’y aura point de paix. Que Dieu aide le Mali ».

Ensuite, notre interlocuteur de disculper le Général Gamou en ces termes : « Notre Général est la bête noire de la CMA. Elle voit, derrière tout ce qui se passe sur le terrain, la main de Gamou. C’est faux, il n’a rien à avoir avec les derniers affrontements, provoqués par les gens de Kidal qui jouent au dilatoire pour empêcher le retour de l’Administration, annoncé pour le 20 juillet. Le Général Gamou est à Takaloutt. Il ne peut même pas traverser parce qu’un oued a inondé la zone. Il n’y a aucun passage possible avant plusieurs jours. Ce qui est sûr, ce que si les toubabs n’interfèrent pas dans le conflit, nous allons récupérer nos positions ».

En tout cas, la MINUSMA a condamné la reprise des hostilités et a appelé les parties à la retenue pour ne pas compromettre le processus de paix. Sera-t-elle entendue ? Même son de cloche à la 19ème session du Comité de Suivi de l’Accord, ouverte mardi dernier. La raison prendra-t-elle le dessus sur la passion et la vengeance ? A suivre.

Chahana Takiou

Source : aBamako

aBamako