Dr Hamadoun Toure descendra-t-il dans l’ARENE politique pour la présidentielle de 2018 ?

27

Considéré comme l’un des Africains les plus influents dans le domaine des télécommunications, mais aussi, ami et conseiller de nombreux chefs d’Etats africains, Dr Hamadoun Touré aura- t-il un rôle à jouer dans la prochaine présidentielle, prévue dans onze petits mois ? C’est la question que nombre de Maliens se posent. Surtout, dans le contexte actuel marqué, d’une part, par la crise de leadership au sein de la classe politique. Et, d’autre, par la gestion jugée « catastrophique » de la chose publique durant 26 ans, par ces mêmes leaders politiques, en mal de crédibilité.

« La candidature du Dr Hamadoun Touré, à la présidentielle de 2018, n’est pas impossible. Du moins, si les conditions le permettent. Cependant, je dois préciser que son mandat, à la tête de SmarthAfrica, court jusqu’en 2020 », répond un proche du Dr Hamadoun Touré, interrogé par nos soins. De sources concordantes, une candidature de « l’un des Africains les plus influents dans le domaine des Télécoms » fait son petit bonhomme de chemin. Elle vient allonger la liste, déjà longue, des futurs candidats à la prochaine élection présidentielle. Entre autres, Mr Oumar Tatam Ly, ex-Premier ministre d’IBK ; Mamadou Igor Diarra, ex-ministre de l’Economie et des Finances ; Aliou Boubacar Diallo, PDG de Wassoul’Or et Modibo Koné, ex-PDG de la CMDT et fonctionnaire international à la BAD. Ancien secrétaire général de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), Dr Hamadoun Touré a été nommé directeur exécutif de SmarthAfrica.
C’est la principale décision issue de la conférence TransformAfrica, tenue du 19 au 21 octobre 2015 à Kigali, au Rwanda ? Présidé par Paul Kagamé, le Chef de l’Etat rwandais, le conseil d’Administration de SmarthAfrica comprend les présidents du Mali, du Burkina Faso, le Sénégal, du Gabon, du Kenya, de l’Ouganda, de la Côte-d’Ivoire, du Sud-Soudan et du Tchad.

SmarthAfrica pour réduire la fracture numérique

Créée en 2013, par les Chefs d’Etat de ces pays, à l’issue du sommet TransformAfrica summit, tenu cette même année à Kigali, SmarthAfrica a pour objectif de combler le fossé existant entre les pays d’Afrique du Nord et ceux de l’Afrique subsaharienne. Notamment, dans le domaine des Nouvelles Technologie de l’Information et de la Communication (TIC). C’est pourquoi, le Mali, le Burkina Faso, le Sénégal, la Côte-d’Ivoire, le Tchad, le Soudan du Sud, le Kenya, le Gabon, le Rwanda et l’Ouganda ont décidé de conjuguer leurs efforts autour d’un projet commun, dénommé SmarthAfrica, pour réduire la fracture numérique.
La principale mission du Dr Hamadoun Touré, son secrétaire exécutif, est d’impulser une nouvelle dynamique à ce projet panafricaniste, en lui permettant de lever la somme de 300 milliards de dollars, nécessaires à la construction, en Afrique subsaharienne, d’une infrastructure clé en main. Qui permettra de connecter à internet cette partie du continent ; mais aussi, de développer la gouvernance numérique, la télémédecine, l’enseignement en ligne et l’industrie des TIC.
Cette floraison de candidatures a lieu dans un contexte marqué, d’une part, par une dégringolade de la popularité d’IBK au sein de l’opinion publique. Et, d’autre part, par la multiplication des manifestations et contestations. Tant par les corporations socio-professionnelles, que par le citoyen lambda, décidé à mettre fin aux « dérives » du régime. Elu avec un score inédit de 77 %, en 2013, IBK est, à 11 mois de son premier quinquennat, fortement, contesté par ses électeurs. Lesquels, dans leur écrasante majorité, jugent son bilan « catastrophique ». Et sa candidature, pour un second et dernier mandats à la tête du pays, semble être exclue, y compris par une partie de ceux qui l’ont porté au pouvoir. D’où le nombre de candidatures annoncées ou supposées.
Réputé pour son intégrité morale et intellectuelle, Dr Hamadoun Touré est considéré comme un « favori caché » par une certaine opinion. Surtout, à un moment où, la classe politique, aux affaires depuis plus de 25 ans, semble avoir perdu toute crédibilité aux yeux du citoyen.
Originaire de Goundam, localité située à 90 km de Tombouctou, Dr Hamadoun Touré est titulaire d’une maîtrise en ingénierie électrique de l’Institut Technique de l’Electronique et des Télécommunications de Leningrad (Ex-URSS) ; mais aussi, d’un doctorat de l’Université d’Electronique, de Télécommunication et d’Informatique de Moscou.

Dr Hamadoun Touré, le Malien le plus titré à l’intérieur et à l’extérieur de son pays

Il a entamé sa carrière professionnelle en 1979 au Mali, comme directeur technique de la première station terrienne internationale du Mali où, il a acquis une solide expérience professionnelle. Ensuite, il a intégré le programme d’assistance et de développement d’Intelsat en 19885. Avant d’être nommé, en 1994, directeur du Groupe Afrique et Moyen-Orient à Intelsat. Un poste qui lui a valu la réputation de « meilleur dirigeant énergétique ». A cause, entre autres, de son engagement au service de différents projets de connectivité régionale. Comme RASCOM. Ce n’est pas tout. En 1996, il devient le directeur régional pour l’Afrique de ICO Global Télécommunications. Dont il a dirigé les activités sur l’ensemble du continent africain. Et, enfin, secrétaire général de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). Comme on le voit, Dr Hamadoun Touré mérite bien son surnom de « l’un des Africains les plus influents dans le domaine des télécommunications ». Il a reçu de nombreuses décorations au Mali ; mais aussi, partout dans le monde. Entre autres, Chevalier de l’Ordre national du Mali, des Comores, du Tchad, Grand maître de l’Ordre national de Djibouti, de la République dominicaine ; Officier de l’ordre national du Burkina Faso, de la Côte-d’Ivoire, du Mali ; Citoyen d’honneur de la ville de Grecia (Costa-Rica), de la ville de Yamassa (République dominicaine), de la ville de Quito (Equateur), de la ville de Guadalajara (Mexique), de la ville de Busan (République de Corée) ; Docteur honoris causa de l’Université Slave Russo-arménienne (Arménie), de l’Université d’Etat du Balarus, de l’Université Technique d’Etat de Razzakov (Kirghizistan), de l’Université nationale de Moldova, de l’Institut des Sciences et Technologies de Kigali (Rwanda), de Bucks New University ( Royaume-Uni)…….
Dr Hamadoun Touré est, aussi, membre de la Fédération mondiale des Scientifiques (Italie), de l’Académie Royale des Sciences de l’Ingénieur de Suède et de l’Académie internationale des Télécommunications de Moscou (Fédération de Russie).

Un rôle prépondérant à la présidentielle de 2018 ?

Conseiller de nombreux Chefs d’Etats africains, Dr Hamadoun Touré poursuit sa carrière internationale à la tête de SmarthAfrica. Avec, pour mission, de réunir les 300 milliards de dollars nécessaires à la mise en œuvre de ce projet pharaonique.
Avec son envergure internationale, Dr Hamadoun Touré va- t-il jouer un rôle déterminant à la prochaine élection présidentielle, prévue dans onze petits mois ?
Wait and see !

Oumar Babi

Source : aBamako

aBamako