Plateforme « An tè An bana, touche pas à ma Constitution » : Une grande marche synchronisée ce 15 juillet

15

Les responsables de la Plateforme « An tè An bana, touche pas à ma Constitution » organisent une grande marche, ce samedi 15 juillet 2017, à Bamako, dans les capitales régionales et en France, pour le retrait pur et simple du projet de loi portant révision de la Constitution du 25 février 1992.
Après la grande mobilisation du 17 juin dernier, les opposants au projet de révision constitutionnelle au Mali décident de faire une nouvelle démonstration de force ce samedi 15 juillet 2017. Cette fois-ci, la marche sera synchronisée avec les capitales régionales et la diaspora malienne en France. Afin de garantir la réussite de leur mobilisation, les organisateurs sont à pied d’œuvre à la Pyramide du Souvenir pour les derniers réglages. Hier mercredi, notre passage dans ce quartier général des opposants au projet de révision constitutionnelle, a coïncidé avec l’arrivée de Tiébilé Dramé, Président du Parti pour la renaissance nationale (PARENA), l’un des idéologues de la Plateforme.
Selon Moussa Sey Diallo, un responsable de la Plateforme, la marche de Bamako sera synchronisée avec celle de Mopti, Sikasso, Koulikoro, Kayes et la France.
L’une des particularités de cette deuxième marche est que de nouveaux slogans seront scandés par les manifestants. Dans la foulée des préparatifs, la Plateforme, présidée par Mme Sy Kadiatou Sow, enregistre de nouvelles adhésions. L’association Kaoural basée en commune IV du district de Bamako et le groupe SOS Adema, ont officialisé leur adhésion et confirmé leur participation à la marche. La participation d’autres groupes et associations à la marche est annoncée, sans compter la centaine d’associations, de partis politiques et de syndicats qui composent la plateforme.
Selon de nombreux responsables de la Plateforme, le Mali va entrer en ébullition ce samedi pour dire NON à la réforme constitutionnelle qui fait l’objet de réserves et d’observations formulées par la Cour Constitutionnelle.
Cette marche est un test pour les responsables de la Plateforme qui ont l’obligation de mobiliser plus après la grande mobilisation du 17 juin.
Modibo L. Fofana

Source : aBamako

aBamako