Révision constitutionnelle: La Plateforme ‘’OUI’’ reste ferme sur sa position

12

Les mouvements, soit de soutien ou de contestation au projet de révision constitutionnelle, sortent de plus en plus de leur silence et affichent grandement leur position semaine après semaine. C’est le cas notamment de la plateforme « oui an son na » qui a tenu une conférence de presse le vendredi 7 juillet à Bamako.
L’objectif de ce point de presse selon les organisateurs, est d’apporter une fois de plus le soutien de la Plateforme ‘’Oui’’ au projet de révision constitutionnelle, cela après que la Cour constitutionnelle ait rendu son arrêt le 4 juillet dernier, après avoir étudié le recours de l’opposition en rapport à la révision constitutionnelle.

En effet, la cour constitutionnelle, après étude du recours de l’opposition, a renvoyé les textes à l’Assemblée pour une relecture et appelle désormais à la consolidation tant dans le fond que dans la forme. Il ne s’agit donc pas d’un abandon mais un report pour une consolidation du processus.

A cet effet, la plateforme « Oui an son na » se dit mobilisée derrière cette initiative du président de la République tout en réitérant son ouverture au débat démocratique. En outre, la Plateforme salue l’esprit démocratique et républicain de son S.E.M Ibrahim Boubacar Keita qui a accepté les suggestions de la Cour constitutionnelle dans le respect strict de la loi. Ainsi, la Plateforme rappelle, par contre, que les députés qui s’accrochent à l’article 118 en rapport à l’intégrité du territoire ont oublié cette disposition lors des débats autour du texte au parlement.

Pour préserver les acquis, la Plateforme « Oui » sollicite l’implication de toutes les forces vives de la nation à contribuer à l’élaboration d’un texte beaucoup plus consensuel pour l’intérêt supérieur de la nation. « Pour nous, rien ne vaut la paix et nous en appelons toutes les forces vives à rester derrière les idéaux de la paix et la réconciliation comme le Mali s’est engagé il y a deux ans à Alger » a ainsi conclu Ismaila Diallo, président de la plateforme.

Amadou Kodio

Source : aBamako

aBamako