Révision de la Constitution : Les chasseurs traditionnels et le syndicat des transports optent pour le ‘’OUI’’

10

Entre les partisans du ‘’OUI’’ et du ‘’NON’’ au vote référendaire de la loi portant révision de la constitution du 25 février 1992, la campagne de mobilisation est bien lancée. Dans les rues, sur les réseaux sociaux, les ondes des radios, les plateaux de télévisions, dans les colonnes des journaux, chaque camp s’active avec ses arguments pour convaincre l’opinion. Longtemps resté muet, car la campagne officielle n’étant pas ouverte, le parti présidentiel et certains de ses alliés sont finalement sortis de leur silence cette semaine. Après la grande conférence de presse animée par les barons du RPM, le mardi dernier au siège du Conseil National du Patronat Malien, (CNPM), les partisans du ‘’OUI’’ multiplient les meetings à travers les six communes du District de Bamako. Un effort de sensibilisation dans lequel, ils ont été rejoints par des organisations de la société civile dont l’Association des Chasseurs Traditionnels ‘’Dozo’’ et le Syndicat des Transporteurs Urbain qui sillonnent depuis quelques jours, la ville de Bamako pour sensibiliser les populations à voter ‘’OUI’’.

A l’opposé, les partisans du ‘’NON’’ composés des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile qui avaient investi le terrain plusieurs semaines avant, continuent à se mobiliser pour faire barrage au projet de referendum. Et pour une troisième fois consécutive, le camp du ‘’Non’’ compte organiser une marche le samedi 15 juillet prochain. Laquelle sera une véritable opération test pour elle de convaincre ou non, le pouvoir à renoncer à son projet de référendum.

Secteur de l’audiovisuel

Des chaînes de TV privées sommées de ‘’fermer boutique’’ le temps de se mettre en règle

Pour réguler le secteur de l’audiovisuel, la Haute Autorité de la Communication (HAC) a ordonné aux chaînes de télévision privées de cesser d’émettre depuis hier lundi 13 juillet 2017. Et cela, le temps de se mettre en règle en prenant part au prochain avis d’appel d’offres qui sera lancé. Ainsi, sur la base des critères établis par la HAC, dont le paiement d’une caution de plus de 400 millions FCFA, trois candidats seront sélectionnés pour être autorisés à émettre légalement. Cette mesure mettra fin à l’anarchie ambiante qui pollue le secteur de l’audiovisuel au Mali.

Les piques de Chérif Ousmane Madani Haïdara à Ras Bath

« Des drogués et fumeurs de cannabis payés pour insulter les leaders religieux…»

En réponse à des critiques injustifiées dont lui et certains leaders religieux sont victimes depuis un certain temps sur les ondes des radios et les réseaux sociaux, le guide spirituel de l’Association Ançar Dine Internationale, Chérif Ousmane Madani Haïdara, est sorti de sa réserve. Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée le mardi dernier au nom du Groupement des Leaders Religieux dont il est le président, sur la loi portant révision de la Constitution du 25 février 1992, le chef des Ançars, Chérif Ousmane Madani Haïdara a craché ses vérités aux révolutionnaires de la 25ème heure qui font feu de tout bois pour tirer sur tout ce qui bouge.

Selon lui, « ces gens sont des drogués payés pour insulter et dénigrer les personnalités religieuses afin de les décrédibiliser au sein de l’opinion publique ».

Il dira plus loin:« Nous devons faire attention à la manipulation. Aujourd’hui, le Mali est le seul pays au monde où l’excision n’est pas interdite et cela ne plaît pas aux occidentaux qui cherchent à nous mettre dos à dos, les uns contre les autres, faisons attention !», a-t-il prévenu. Avant d’ajouter : « Ce sont eux qui payent des drogués, des fumeurs de cannabis pour insulter les leaders religieux afin de les décrédibiliser et arriver à leur fin ».

Rassemblées par Lassina NIANGALY

Source : aBamako

aBamako