comité de pilotage du PRIA-Mali : La 4ème session ordinaire a vécu

4

La 4ème session ordinaire du Comité de Pilotage du PRIA-MALI s’est tenue le jeudi 13 juillet 2017 à la DMF du ministère de l’agriculture. La cérémonie d’ouverture était présidée par le représentant du ministre de l’agriculture Seydou Keita conseil technique. C’était en présence du coordinateur du Projet de Renforcement de la

Le représentant du ministre de l’agriculture Seydou Keita a souligné que la présente session, quatrième du genre, constitue la première session du comité de pilotage de l’année 2017. Elle se tient à mi-parcours dans l’exécution du programme technique et financier assorti de son budget 2017, adopté par vous en décembre 2016. Il a fait savoir que la tenue de deux sessions du comité de pilotage du projet par an est statutairement conforme au décret fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement du projet, aussi recommandée par eux-mêmes, lors de la 1ère session ordinaire du comité de pilotage, tenue en 2015. Cette session a-t-il dit permet de faire un suivi rapproché du projet, de voir l’état d’exécution des activités prévues pendant l’année et faire une revue rétroaction de l’état d’avancement, de son démarrage à ce jour. A ses dires, cette revue permet également de connaitre le niveau d’atteinte des objectifs assignés au projet et au besoin procéder au recadrage nécessaire par des orientations fortes. Selon lui, le Programme Technique et le Budget annuel 2017  s’exécute normalement, avec un taux d’exécution technique d’environ 50% et financière de 48% à mi-parcours, ce qui augure de bonnes perspectives pour une exécution satisfaisante du PTBA 2017. Le représentant du ministre de l’agriculture Seydou Keita a précisé que l’optimisme est permis avec le démarrage des études relatives à la réalisation des infrastructures, notamment : « l’aménagement de 1000 hectares de bas-fonds et de périmètres irrigués villageois; le surcreusement de 40 mares pour l’abreuvement du cheptel; la réalisation de 26 périmètres maraîchers pour les groupements de Femmes; la construction de 40 magasins de stockage de l’aliment bétail; la construction d’un magasin de stockage de céréales de 500 tonnes ». Il a ajouté que la sécurité alimentaire et nutritionnelle, comme dimension de la souveraineté alimentaire, constitue la ligne directrice de la Politique de Développement Agricole du Mali . Il revient donc à l’État, de définir et de mettre en œuvre une politique Agricole et alimentaire autonome, garantissant une agriculture durable basée sur les productions locales plus importantes. « L’objectif, visé par la politique contre l’insécurité alimentaire, est de rendre moins vulnérables les producteurs et productrices agricoles dans la productivité agricoles, pour de meilleurs revenus et une amélioration soutenue des conditions de vie de larges couches, soit 80% de la population Malienne » a dit monsieur le conseiller.

Daouda Diankoumba


Source : Maliweb

Maliweb