Conseil national de normalisation et de contrôle de qualité : 57 projets de normes examinés par les experts

9

L’intégration de la dimension norme et qualité dans les activités quotidiennes des entreprises privées et publiques est gage d'une amélioration continue de leurs performances
De nos jours, les normes et le respect de la qualité, sont devenus indispensables pour les entreprises. C’est dans cette logique de redynamiser le secteur en matière de contrôle que s’est tenue la 9ème session du Conseil national de normalisation et de contrôle de la qualité, le jeudi 13 juillet dernier dans la salle de conférence du ministère du Développement Industriel.
L’ouverture des travaux de cette 9ème session était présidée par le ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim. C’était en présence du directeur général de l’Agence malienne de normalisation et de promotion de la qualité (AMANORM), Yaya Niafo, des représentants des cabinets ministériels, des services techniques de contrôle de qualité, des représentants des associations des consommateurs.
Le projet d’ordre du jour portait, entre autres, sur l’adoption du compte rendu de la 8ème session du Conseil national de normalisation et de contrôle de qualité ; l’évaluation de l’état d’exécution des recommandations de la 8ème session du Conseil et l’adoption des nouveaux projets de normes.
Dans son discours d’ouverture, le ministre du Développement industriel, président du Conseil, a déclaré que la tenue du Conseil national de normalisation et de contrôle de qualité représente le couronnement d’intenses efforts de travail des experts nationaux au sein des différents comités techniques de normalisation. Mohamed Aly Ag Ibrahim a saisi l’occasion pour remercier chaleureusement ces comités et les encourager vivement à persévérer dans les activités de normalisation.
Le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim, a ensuite rappelé que le Conseil national de normalisation et de contrôle de qualité est l’organe consultatif du Système national de normalisation et de contrôle de qualité.
Son secrétariat est assuré par l’Agence malienne de normalisation et de promotion de la qualité (AMANORM). Il a aussi souligné que 57 projets de normes soumis au Conseil national de normalisation et de contrôle de la qualité ont été élaborés par 8 comités techniques de normalisation.
Mettant l’accent sur l’importance que revêt la normalisation dans la vie de nos populations, le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim, a estimé que la normalisation et la qualité, représentent de nos jours, deux outils stratégiques indispensables à la préservation de la santé, la protection de la vie, la protection des consommateurs et des intérêts collectifs, l’intégration de la production nationale et la valorisation des ressources naturelles du pays, la protection de l’environnement et l’élimination des entraves techniques aux échanges.
Il a également expliqué qu’avec la mondialisation, « nous ne devons pas perdre de vue la prise en compte des normes dans l’élaboration de nos politiques et stratégies de développement ». Mohamed Aly Ag Ibrahim a souligné que la compréhension du lien entre le commerce mondial, l’infrastructure de qualité et la compétitivité de nos opérateurs économiques est à l’avant-garde d’un bon positionnement de nos entreprises sur les marchés nationaux et internationaux.
« C’est pourquoi, je lance un appel à toutes les entreprises nationales privées et publiques à intégrer la dimension norme et qualité dans leurs activités quotidiennes, gage d’une amélioration continue de leurs performances », a lancé le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim, avant d’exhorter les experts à un examen minutieux des projets de normes soumis à leur appréciation.
A la suite de son ministre de tutelle, le Directeur général (DG) de l’AMANORN, Yaya Niafo, a déclaré que, les normes constituent, aujourd’hui, un baromètre pour nos entreprises. Il faut les respecter pour avoir une place sur le marché national. « Notre pays dispose déjà de 334 normes nationales. Le Conseil de normalisation et de contrôle de qualité va statuer sur 57 autres projets de normes au cours de cette 9ème session. Ainsi, nous aurons 391 normes et c’est très important », a estimé M. Yaya Niafo.
Le DG de l’AMANORM a également parlé sur l’innovation majeure de cette année concernant les avants projets de normes, qui ont été proposés. A cet effet, Il a pris l’exemple sur des produits de seconde main, qui, constituent, aujourd’hui, un impact négatif sur la population. Des normes nationales ont été édictées dans ce sens et qui seront examinées au cours de cette session, a-t-il indiqué. Une fois qu’elles seront homologuées, il reviendra au service national de contrôle de rendre obligatoire l’application desdits normes, a-t-il souligné.
Rappelons que l’AMANORM a pour mission principale la mise en œuvre de la politique nationale de l’Etat en matière de normalisation et de promotion de la qualité.
AMTouré
Copyright Malijet © 2008 - 2017. Tous droits réservés
Source: 22

Source : aBamako

aBamako