Force conjointe du G5-Sahel : Iyad veut-il tuer le poussin dans l’œuf ?

114

A peine unis pour un combat commun, les pays du G5-Sahel font déjà l’objet d’attaques terroristes. Mali, Burkina, Niger, le terrorisme a simultanément visité ces trois pays en moins d’une semaine. L’auteur de ces actes ignobles s’appelle Iyad Ag Ali. Il fait signe de vie à l’annonce de l’opérationnalisation pour très bientôt de la Force conjointe du G5-Sahel.

Le 5 juillet, soit trois jours après le sommet extraordinaire du G5-Sahel tenu le 2 juin à Bamako, l’armée nigérienne été victime d’une attaque terroriste dans la région de Tahoua vers la frontière malienne et burkinabé : cinq militaires nigériens ont été tués et beaucoup de matériels emportés. Quatre jours après, le 9 juillet, l’attaque sera revendiquée par la coalition terroriste menée par Iyad Ag Ali. Une première.

Bien que le Niger soit en proie à d’attaques terroristes depuis un certain temps, celle du 5 juillet est la première à être revendiquée. Une manière pour Iyad Ag Ali et alliés de signifier leur existence aux pays membres du G5-Sahel.

Dans la nuit de samedi 7 juillet à dimanche 8 juillet, l’armée malienne a reçu la visite des terroristes à la frontière burkinabé. L’attaque a été repoussée. Il n’y a eu ni victime ni revendication. Du moins, les forces de sécurité reconnaissent que l’attaque était terroriste, lorgnant du côté d’Iyad Ag Ghali et alliés qui représentent le seul groupe opérant présentement dans la zone.

Le 9 juillet, pendant que l’on revendiquait l’attaque du Niger dans une vidéo, des militaires tombaient dans une embuscade dans la région de Ménaka, à une soixantaine de kilomètres de cette ville. Bilan : quatre véhicules emportés et une dizaine de militaires portés disparus. L’attaque n’a pas encore de père, mais tout laisse à croire qu’elle porte l’empreinte d’Iyad, juste le temps pour lui d’inventer un bilan.

En somme, et au regard de ces attaques qui se sont déroulées entre le 5 et le 9 Juillet, tout laisse à croire que le terrorisme veut barrer la route à la Force conjointe du G5-Sahel dont l’opérationnalisation est prévue pour très bientôt

D. Samaké

Source : aBamako

aBamako