La Plate-forme Antè A Bana : « Monsieur le président, votre constitution n’est pas la constitution du peuple, retirez votre projet, renoncez à cette révision constitutionnelle »

10

Ils ont encore battu le pavé le samedi 15 juillet, deux semaines après leur meeting géant. Ils, ce sont les opposants au projet de révision constitutionnelle regroupés au sein d’une plate forme dénommée Antè A banna. Partie de la place de la liberté, la marche a pris fin à l’esplanade de la bourse du travail. C’était en présence de tous les responsables de la plate-forme.

C’est une marrée humaine qui a encore battu le pavé contre le projet de loi constitutionnelle. Pour les organisateurs, le nombre de manifestants s’élève à plus d’un millions de personnes. Au delà de la bataille des chiffres, les organisateurs ont reçu le pari de la mobilisation. Partie de la place de la liberté pour prendre fin à l’esplanade de la bourse du travail, les manifestants scandaient des slogans hostiles au régime. Même les religieux ont eu leur part. Ils ont adressé un carton rouge au Président de la République.

Pour l’honorable Amadou Thiam, le temps du recul est arrivé. Quant au Dr Soumana Sacko, il adresse quatre cartons rouges au Président de la République SEM Ibrahim Boubacar Kéita, Me Kassim Tapo, Me Baber Gano et à Manassa Dagnoko. Dans une déclaration rendue publique dont nous avons reçu copie, la plate-forme Antè A Bana salue toutes celles et tous ceux qui résistent aux tentatives d’asservissement de notre peuple. « La marée humaine de ce jour est le témoignage éloquent de la détermination des forces vives du Mali à combattre le mépris, l’arrogance, l’autisme et les tentatives d’instaurer dans notre pays un pouvoir personnel rétrograde », peut on lire dans ladite déclaration. Selon la plate-forme Antè A Bana, la mobilisation de ce jour est un autre signal fort, très fort, un carton rouge au président de la République, au gouvernement et au Ministre de la Réforme de l’État qui sont allés chercher à l’étranger une constitution qu’ils voudraient substituer à celle adoptée par le peuple souverain du Mali au lendemain de la conférence nationale de toutes les forces vives du pays. De l’avis des membres de la plate-forme, IBK, son gouvernement et son Ministre veulent imposer leur constitution à notre peuple. La plateforme ajoute « Monsieur le président, votre constitution n’est pas la constitution du peuple, retirez votre projet, renoncez à cette révision constitutionnelle ». « Continuons le combat, continuons ce combat démocratique, continuons cette mobilisation jusqu’à la victoire finale. La victoire finale, c’est le retrait pur et simple du projet IBK-TAPO-CECCALDI », conclut la déclaration de la plateforme.

Abdrahamane Sissoko

Source : aBamako

aBamako