Sécurité et gestion des frontières au Mali : Le Japon offre environ 1 milliard FCFA pour le financement de deux projets

10

Le gouvernement du Japon a fait un don de plus 3 millions de dollars, soit environ 1 milliard FCFA pour le financement de deux projets destinés l’un au renforcement de la sécurité et de la gestion des frontières, et l’autre, au renforcement des capacités de gestion, intégrées des frontières entre le Mali et la Guinée.

La cérémonie de lancement de ces deux projets a eu lieu, le vendredi 14 juillet 2017, au ministère de la sécurité et de la protection civile sous la présidence du secrétaire général du département, M. Azer Kamaté en présence de l’ambassadeur du Japon au Mali, Son Excellence, KUROKI Daisuke, le chef de mission de l’OIM au Mali, M. Bakari Doumbia et de plusieurs personnalités.

L’ambassadeur japonais a précisé que ce don en faveur du Mali est non remboursable et vise à financer des projets pour le renforcement de la sécurité et de la gestion des frontières et le renforcement des capacités de gestion intégrées des frontières entre la Guinée et le Mali.

Le montant pour chacun des projets s’élève à 1 573 000 millions de dollars, soit plus de 220 millions FCFA.

A l’en croire, le financement de ces projets s’inscrit dans le cadre du soutien du gouvernement japonais au développement de l’Afrique conformément à ses engagements tenus au sommet de la TICAD VI à Nairobi, au Kenya.

Aux dires du diplomate japonais au Mali, ces projets permettront de développer l’approche de la gestion des frontières en construisant des postes de contrôle Mali-Sénégal (Diboli), Mali-Guinée (Kouremalé) et Mali-Côte d’Ivoire (Zegoua).

Il dira aussi que le Japon vient en aide au Mali dans les domaines du renforcement de la gestion des frontières, du renforcement des institutions juridiques et d’apporter l’appui humanitaire au Mali.

Le secrétaire général du département de tutelle a estimé que cette coopération tripartite Mali-Japon-OIM dans le cadre de la gestion des frontières est pertinente et dynamique.

Pour une durée de 12 mois (31 mars 2017 au 30 mars 20018), ces projets envisagent de développer des approches cohérentes de gestion des frontières afin de fournir au gouvernement du Mali, les outils adéquats permettant de mieux identifier les services et collecter les flux de population sur son territoire.

O. MORBA

Source : aBamako

aBamako