Ambassade du Canada : Les 32 agents licenciés réclament justice

16

Le collectif des travailleurs licenciés de l’Unité d’appui à la coopération canado-malienne (UAP-CCM) a animé une conférence de presse hier à la Maison de la presse pour dénoncer la violation flagrante des droits fondamentaux des travailleurs par l’ambassade du Canada au Mali.

Selon le porte-parole du collectif, Anourou Cissé, les travailleurs ont exprimé à toutes les occasions leur attachement sans équivoque à la coopération canadienne, leur disponibilité et leur volonté d’accompagner le processus de licenciement dans la quiétude et l’entente. Le collectif déplore une violation de la loi et du principe de paiement d’ancienneté.

Après recours, le collectif n’a reçu qu’une enveloppe de 32 millions de F CFA au titre des rappels de la prime d’ancienneté contre un montant total de 112 millions. Non satisfait de ce geste de la représentation diplomatique, le collectif des travailleurs licenciés de l’Unité d’appui à la coopération canado-malienne (UAP-CCM) a saisi par lettre, le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale pour plaider à leur faveur auprès des Canadiens. Sans suite.

Malgré ce mutisme du département, le collectif des travailleurs restent fermes sur leur décision et se disent prêts à lutter jusqu’à leur dernier souffle de vie. “Car il s’agit bien de notre droit”, a affirmé la présidente du collectif, Mme Bathily Sira Diop. Et d’inviter les plus hautes autorités à s’impliquer davantage pour la satisfaction totale de leurs doléances.

Aux termes de la conférence, le collectif des travailleurs exige le paiement du reliquat de la prime d’ancienneté qui s’élève à 73,7 millions de F CFA. En plus, il demande le paiement des dommages et intérêts à raison de 3 millions F CFA par travailleur licencié.

Adama Diabaté

Stagiaire

Source : aBamako

aBamako