Société oryx énergies : Bénéficie-t-elle d’une situation de favoritisme au Mali ?

30

Présente au Mali depuis 2009, la société Oryx Énergies serait devenue, aujourd’hui, un acteur incontournable du marché malien de la distribution de carburant. Grâce à son réseau, le groupe pétrolier suisse étend sa marque sur le marché malien. Ainsi, au départ absente du marché des Institutions de la République et autres services publics, la société Oryx Energies approvisionne aujourd’hui bon nombre de ces structures en carburant. Pour percer si vite au Mali, a-t-elle bénéficié d’une situation de favoritisme ?

Présente, dans plusieurs pays africains, et au le Mali depuis 2009, avec plus d’une vingtaine de stations de distribution de carburant, la société Oryx Energies emploie aujourd’hui plus de 200 personnes au Mali. Elle a commencé son essor dans le pays, avec le rachat des stations d’essence de la société N’Diaye et Frères, SNF, qui possédait, selon les constats, de bons emplacements à Bamako et sur les grands axes. Depuis, la société Oryx Mali n’a cessé de gagner du terrain et de marchés, surtout publics. Ainsi, autrefois absente sur le marché institutionnel, Oryx Mali est désormais en train de «s’emparer» des parts de marchés de ses désormais concurrents, comme Shell et Total au niveau de plusieurs structures étatiques. Donc, plusieurs départements ministériels, notamment celui de la Défense et des Anciens combattants et l’Education nationale auraient signé avec la société Oryx Mali des contrats de fourniture de carburants de plusieurs millions de F CFA, faisant désormais de la société un acteur majeur du marché malien. Elle participerait  également à l’approvisionnement en fioul et en lubrifiants de centrales de production électrique, avec 60 MW. Depuis, les agents d’EDM et autres services publics ont aussi droit aux fameux bons d’essence estampillés : Oryx Mali. La société a également une grosse part dans la fourniture en carburant à l’Assemblée Nationale.

Même la publication du rapport Dirty Diesel n’a pas pu empêcher cette ascension fulgurante d’Oryx Mali, bien que la société ait été citée dans le document comme livrant du carburant de mauvaise qualité au Mali. En effet, le rapport de l’ONG suisse Public Eye « Dirty Diesel » publié le 15 septembre 2016 à fait découvrir au grand public que beaucoup d’entreprises, notamment Shell et Oryx commercialisaient de carburants de qualité inférieure, voire toxiques dans plusieurs pays africains, dont le Mali. Il importe de souligner ici qu’au moment de la publication du rapport, nos différentes tentatives, de rapprocher les responsables d’Oryx Mali, pour avoir leur réaction sur le sujet, ont été vaines.

«Notre part du marché des lubrifiants au Mali est en pleine croissance. Nous répondons aux besoins de clients des secteurs miniers, industriels, des transports et de la construction. Nous fournissons également des lubrifiants via nos propres stations-service et un réseau de distributeurs et garages partenaires agréés qui les revendent au détail à travers le pays. Cette accélération de notre développement sur ce marché a été rendue possible par la mise en service en 2011 de l’usine de mélange ultramoderne par notre société sœur au Togo» peut-on lire ainsi sur le site web de la société.

«Nous tenons à réfuter catégoriquement les affirmations laissant entendre que M. Karim Kéita serait actionnaire de notre société. La société Oryx Mali est une filiale 100% détenue par Oryx Energies SA (Suisse), une société panafricaine du groupe AOG », démentait en aout 2016 la direction de la société en Droit de réponse à un article de presse.

Mais, pour certains acteurs proches du secteur, vu cette ascension fulgurante, en si peu de temps, la société aurait bénéficié des faveurs des plus hautes autorités du pays afin d’avoir des marchés publics comme les ministères de la Défense, l’Education nationale, l’EDM, l’INPS et d’autres services publics.

 

Dieudonné Tembely

tembely@journalinfosept.com  


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here