Eau, assainissement et hygiène : L’UNICEF fait œuvre utile à MAMISSA

9

Dans le cadre du projet promotion Eau, assainissement et hygiène (EAH) dans les structures de soins de notre pays, l’UNICEF a effectué une visite de terrain, jeudi dernier dans la localité de Mamissa, à une quarantaine de kilomètres de Bougouni. La mission était conjointement conduite par l’équipe de communication de l’UNICEF et le ministère de l’Economie numérique et de la Communication représenté par le conseiller technique et point focal des composantes C4D (communication for development) et communication externe du programme de coopération Mali UNICEF, Assana Diawara. Faisait également partie du voyage, l’administrateur EAH du bureau de zone de Sikasso, Crescent Dabou.
Cette mission visait à susciter un plaidoyer en faveur des enfants en direction des décideurs et de promouvoir les bonnes pratiques d’hygiène auprès des communautés du Mali. Elle a permis à l’équipe de communication de l’UNICEF de s’enquérir des initiatives de promotion de l’hygiène et d’assainissement en milieu de soins.
A leur arrivée au CSCOM de Mamissa, la délégation a, tout d’abord, été reçue par le chef de village de Mamissa, Bakary Mariko et sa délégation. Ensuite, elle a pu visiter les différentes réalisations de l’UNICEF effectuées dans le cadre du projet EAH dans les structures de soins au Mali. Il s’agit d’un incinérateur, deux latrines comprenant deux blocs, dont l’un pour les handicapés, et un forage équipé d’un système de pompage solaire qui permet de refouler l’eau jusque dans les unités de soins. Le coût total de ces réalisations est estimé à 14,5 millions de Fcfa.
La visite était guidée par le directeur technique du CSCOM de Mamissa, Zoumana Konaté. Avant tout propos, il a remercié l’UNICEF et ses partenaires pour tout l’effort qu’ils ne cessent de déployer pour la promotion de l’hygiène et l’assainissement en milieu de soins, particulièrement au sein de leur Centre de santé commun. Le DTC de Mamissa a expliqué que l’aire de santé de Mamissa est composée de 16 villages. Les infrastructures réalisées par l’UNICEF au sein du CSCOM, ont été bénéfiques à plus d’un titre pour la population de Mamissa et environs. « Bien avant ces réalisations, tout le monde n’avait pas accès à l’eau potable. Aujourd’hui, cela a changé. Le forage sert non seulement au CSCOM mais également à tout le village. Cela a diminué les maladies, notamment diarrhéiques », a-t-il dit.
Zoumana Konaté a, par ailleurs, expliqué qu’il n’y avait pas d’incinérateur digne de ce nom dans le CSCOM. Grâce à l’incinérateur réalisé par l’organisation onusienne, aujourd’hui, le CSCOM arrive à incinérer ses déchets biomédicaux sans que la fumée n’envahisse ses alentours et ne crée d’autres maladies. Il a invité l’UNICEF à faire la clôture du CSCOM.
La matrone Mme Mariko Kadiatou Keïta exerçant au CSCOM de Mamissa a expliqué que dans le village, ce sont généralement les vieilles femmes qui accompagnent les parturientes.
Bien avant ces réalisations, ces femmes étaient obligées de pomper l’eau pour laver les habits des parturientes. Beaucoup peinaient à le faire vu leur âge. Mais aujourd’hui, elles ont facilement l’eau à travers le forage.
Avec le projet, a-t-elle ajouté, le CSCOM a également bénéficié des poubelles, des kits de lavage de mains, des latrines de qualité qui ont contribué à la diminution de beaucoup de maladies.
Auparavant, à la veille de cette visite de terrain, l’UNICEF avait organisé une séance de briefing sur le projet EAH.
Au cours de la rencontre qui a eu lieu à l’hôtel Onomo, Kakou Arsene Batcho, spécialiste eau assainissement au bureau de Bamako, a fait un exposé sur les objectifs, les résultats attendus et les défis du projet.
Rappelons que ce projet est mis en œuvre par l’UNICEF au Mali depuis novembre 2015, en collaboration avec ses partenaires gouvernementaux, de la société civile et du secteur privé avec l’appui financier de l’Union Européenne.
Avec un montant total de 5 millions d’euros, le projet promotion Eau, assainissement et hygiène dans les structures de soins au Mali, qui s’achèvera en 2017, bénéficiera à environ 2,4 millions de personnes résidant dans les districts sanitaires ciblés des Régions de Sikasso et de Koulikoro.
Le projet vise aussi à contribuer à la prévention et au contrôle des épidémies de maladies infectieuses, y compris Ebola en Afrique de l’Ouest.
En outre, il s’agit d’améliorer les conditions d’eau, d’assainissement et d’hygiène dans 263 structures de soins des Régions de Sikasso et de Koulikoro (districts sanitaires de Kati, Kangaba, Dioila) tout en œuvrant au renforcement du cadre institutionnel au niveau national.
Aminata D. SISSOKO

Source : aBamako

aBamako