Tournoi de football : CÔTE D’IVOIRE-MALI, une demi-finale explosive !

29

Le chef de la délégation malienne aux Jeux de la Francophonie, Amadou Diarra Yalcouyé et le directeur national des sports et de l’éducation physique, Ibrahim Fomba étaient aux anges, après l’annonce de la qualification du Mali pour les demi-finales du tournoi de football. Quand le haut parleur du stade Robert Champroux a annoncé le nul 0-0 du Cameroun face au Niger, synonyme de qualification pour les Aiglonnets, les deux hommes ont laissé éclater leur joie dans les gradins, en levant les bras en signe de victoire.
Sur la pelouse où s’étaient rassemblés les protégés du sélectionneur national, Jonas Komlan, la nouvelle a également été accueillie avec joie et soulagement et certains joueurs n’ont pas hésité à esquisser des pas de danse. «Nous ne sommes pas encore qualifiés. Nous prions pour que le score du match Cameroun-Niger reste à 0-0», avait lancé le technicien malien, après la fin de la rencontre entre les Aiglonnets et les Diables rouges juniors du Congo. Avant la troisième journée, le Mali et le Cameroun avaient le même nombre de points (4) avec une différence de buts favorable pour les nôtres (+3 pour le Mali, contre +2 pour le Cameroun).
Le Mali devait donc gagner, mais en même temps espérer que le Cameroun ne l’emporte par un score plus large face au Niger, pour prétendre au ticket des demi-finales. Finalement, le duel à distance a tourné à l’avantage des protégés de Jonas Komlan qui, malgré le nul 0-0 concédé devant les Congolais, ont décroché le précieux sésame. Le Mali peut donc dire merci au Niger qui n’avait rien à espérer de cette dernière journée de la phase de poules, mais qui a fait le jeu et poussé le Cameroun vers la sortie. Après l’annonce du résultat des Camerounais, le capitaine Mohamed Camara et ses coéquipiers ont fait un tour du stade Robert Champroux pour saluer les supporters et leur donner rendez-vous pour la demi-finale qui les opposera à l’hôte des jeux, la Côte d’Ivoire.
Comme lors des deux précédentes sorties de la sélection nationale cadette face au Cameroun (0-0) et au Niger (4-0), les Maliens de Côte d’Ivoire ont encore la grande attraction de cette troisième journée de la phase de poules. Ils sont venus très nombreux au stade et ont soutenu l’équipe pendant toute la rencontre. Les supporters maliens ne se sont jamais arrêtés et c’était impossible d’entendre la voix des inconditionnels du camp adverse.
Le capitaine Mohamed Camara et ses coéquipiers ont mal débuté la partie et multiplié les ratés pendant presque toute la première période. L’équipe manquait de percussion devant et ne semblait pas sereine derrière, à l’image du défenseur central Abdoulaye Diaby et de l’arrière droit, Fodé Konaté qui prendront les deux premiers cartons jaunes de la partie (15è et 32è min). Avant l’heure de jeu, Abdoulaye Diaby quittera ses partenaires pour cause de blessure à la cheville. La partie est très difficile pour les nôtres qui n’obtiennent qu’une seule occasion nette en 45 minutes : le tir de Mamadou Traoré sur le gardien congolais, Perrauld Ndinga (30è min).
Dans le camp des Diables rouges juniors en revanche, les occasions sont nombreuses. Tour à tour, Cabwey Kivutuka (15è min), Nguessi Nicolas Ondama (33è min) et Etou Mignon Mban (42è min) échouent sur le gardien malien, Youssouf Koïta. Les champions d’Afrique en titre seront donc tout heureux d’aller à la mi-temps sans prendre de but. «Les Congolais étaient défensivement solides et tactiquement bien en place. Ils nous ont empêchés de jouer», confiera le milieu de terrain des Aiglonnets, Abdoul Salam Jiddou après le match. «En première période, les joueurs n’ont pas respecté les consignes. A la mi-temps, on leur dit de mettre le pied sur le ballon, de mettre de la vitesse dans le jeu. Ils l’ont fait et se sont créés des occasions qu’ils n’ont pas réussi à concrétiser», analysera pour sa part le sélectionneur national, Jonas Komlan.
Si les Aiglonnets sont apparus méconnaissables en première période, ils se rachèteront de belle manière au retour des vestiaires, en prenant, carrément le jeu à leur compte. Résultat : ils se créeront quelques belles occasions, à l’image de ce tir de l’attaquant Elbilal Touré au ras du poteau (50è min) ou encore cette tentative de Djémoussa Traoré qui oblige le gardien congolais, Perrauld Ndinga à se détendre pour empêcher le ballon d’aller au fond de sa cage (52è min). Pendant toute cette deuxième période, il n y aura qu’une seule équipe sur le terrain, le Mali, mais c’est sur le score de parité 0-0, que Maliens et Congolais quitteront la pelouse du stade Robert Champroux.
«Le problème de l’équipe, c’est le manque de réalisme devant les buts. On a des difficultés au niveau de la finition, c’est-à-dire le dernier geste», avouera Abdoul Salam Jiddou. Mais l’international cadet ne s’inquiète pas outre mesure de ces petites lacunes et affichera son optimisme pour la suite des événements. «On va corriger les lacunes au fil des matches. Inch Allah, on répondra présent contre la Côte d’Ivoire», dira le milieu malien.
Le choc avec le pays hôte de ces VIIIè Jeux de la Francophonie est prévu ce vendredi 28 juillet, à 10h, au stade Félix Houphouët-Boigny. «C’est bien de disputer ce match au stade Félix Houphouët Boigny. Les enfants aiment les espaces. Ce ne sera pas facile, j’ai le sentiment que le Mali va se qualifier pour la finale», a confié un responsable de l’encadrement technique. «En venant en Côte d’ivoire, renchérira le sélectionneur national, Jonas Komlan, l’objectif était de faire une bonne préparation pour le Mondial U17.
La qualification pour les demi-finales nous donne l’opportunité de jouer deux matches. Ces matches constituent de bons tests dans la perspective de la Coupe du monde». «Défensivement, nous sommes bien. Nous n’avons pas encaissé de but en trois sorties. Offensivement, nous allons procéder à quelques réglages pour aborder la demi-finale dans les meilleures conditions. Le match ne sera pas facile parce que nous aurons en face le pays organisateur. Je m’attend à un bon match parce que les deux sélections pratiquent un beau football», conclura Jonas Komlan.
Pour mémoire, la Côte d’Ivoire s’est également qualifiée lors de la dernière journée des matches de poule, en dominant le Liban 2-0. Lors de la première journée, les Ivoiriens avaient chuté 2-3, mais par la suite, ils se sont ressaisis, en battant le Burkina (1-0) et le Liban (2-0). La Guinée n’avait besoin que d’un match nul pour se qualifier, mais le Sily junior s’est fait surprendre 2-1 par le Burkina Faso.
L.M.D.
Mardi 25 juillet au stade Robert Champroux

Mali-Congo : 0-0
Arbitrage moyen du Togolais Kokou Ntale assisté des Ivoiriens, Bi Valère Gouho et Gabriel Kangah.
Mali : Youssouf Koïta, Ibrahim Kané, Abdoulaye Diaby (Siaka Sidibé, 26è min), Mamadi Fofana, Fodé Konaté, Mohamed Camara (cap) (Cheick Oumar Doucouré), Mamadou Traoré (Lassana N’Diaye, 66è min, 76è min), Abdoul Salam Jiddou, Elbilal Touré. Entraîneur : Jonas Komlan.
Congo : Perrauld Ndinga, Dorvel Dibekou, Francoeur Kibamba, Prince Maleke, Makaya Bissifou, Julfin Ondogo, Etou Mignon Mban (Prestige Mbougou), Brel Mohendeki (Chancy Danga, 77è min), Nguessi Nicolas Ondama Guy Mbenza (Wilfried Nkaya, 82è min), Cabwey Kivutuka, entraîneur : Candido Valdo.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here