13ème point de presse du gouvernement : Mme Diarra Racky Talla annonce une augmentation de 100% de la prime spéciale allouée aux travailleurs de la Santé et de l’Action Sociale

13

La ministre du Travail et de la Fonction Publique, chargée des Relations avec les Institutions, Mme Diarra Racky Talla et son collègue chargé du Développement Industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim, étaient face aux journalistes le mercredi 26 juillet dernier pour leur expliquer les projets et décrets adoptés par le conseil des ministres concernant leurs domaines respectifs.

Les conférenciers de ce 13ème point de presse du gouvernement étaient chargés d’expliquer aux journalistes, le projet de décret fixant le montant mensuel de la prime de fonction spéciale allouée au personnel de la santé, de l’action sociale et de la promotion de la famille.
Ensuite, le projet de texte relatif à la création, à l’organisation et aux modalités de fonctionnement du Centre pour le Développement du Secteur Agroalimentaire. Tous adoptés en conseil de ministres le mercredi dernier.
En effet, dans le cadre de l’amélioration des conditions de travail du personnel de la santé, de l’action sociale et de la promotion de la famille, le gouvernement a signé, le 16 avril 2017, un procès-verbal de conciliation avec les syndicats du secteur.
« Ce projet de décret augmente de 100%, la prime de fonction spéciale allouée au personnel de la Santé, de l’Action Sociale et de la Promotion de la Famille à raison de 50% à compter du 1er janvier 2017 et 50% à compter du 1er janvier 2018 », précise Diarra Racky Talla. Qui a souligné que son adoption s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du procès-verbal de conciliation signé entre le gouvernement et les syndicats. Et son incidence financière s’élève à la somme de 3.838.237.429 F CFA par an, a-t-il précisé.
La ministre de la Fonction Publique, chargée des Relations avec les Institutions a également annoncé la révision de la politique salariale en 2018, l’harmonisation des primes et indemnités par corps, fonction et cadre et enfin, l’élection des ordres professionnels.
A sa suite, le ministre du Développement Industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim a expliqué le projet de texte relatif à la création, à l’organisation et aux modalités de fonctionnement du Centre pour le Développement du Secteur Agroalimentaire.
Selon lui, le développement et la promotion du secteur de l’Agriculture sur lesquels repose fondamentalement l’économie du Mali, sont confrontés à des contraintes majeures dont le faible accès à la technologie et la non maitrise des procédés de transformation.
A ces contraintes, il a ajouté l’étroitesse des marchés, la non mise à profit optimale des opportunités offertes par les accords bilatéraux et multilatéraux, la faible compétitivité des produits fabriqués due en partie à la faiblesse des structures de contrôle et de certification et surtout, les difficultés d’accès aux crédits notamment pour les femmes et les jeunes.
Pour le ministre du Développement Industriel, c’est pour surmonter ces contraintes et relever les défis de développement que le Gouvernement a adopté en juillet 2011, la Stratégie de Développement du Secteur Agroalimentaire et son plan d’actions décennal 2012-2021.
« La mise en œuvre de cette stratégie est à l’origine de la création, par la Loi N°2013-023 du 25 juin 2013, du Centre pour le Développement du Secteur Agroalimentaire sous la forme de service rattaché », a expliqué le ministre Mohamed Ali Ag Ibrahim. Qui dira qu’à la suite de l’examen des conclusions et recommandations de l’étude de faisabilité des centres d’incubation, le conseil des ministres a décidé, en sa séance du 19 avril 2017, de la création du Centre sous la forme d’un établissement public à caractère administratif avec pour mission, de promouvoir les activités du secteur agroalimentaire.
« La nouvelle structure aura la possibilité de recevoir des dons et legs et l’opportunité d’établir des partenariats avec des structures maliennes et étrangères, publiques et privées ayant la même vocation. Si nous parvenons à transformer nos produits locaux, ce sera un plus pour l’économie malienne », a ajouté Abdel Karim Konaté, ministre du Commerce et porte-parole du Gouvernement.
Adama DAO

Source : aBamako

aBamako