Présidentielle 2018 : L’Adema-PASJ divertit ses militants

15

Les abeilles sont plus que jamais divisées sur la question de candidature interne du parti pour les élections présidentielles de 2018. Un premier camp soutient l’idée de ne pas présenter un candidat et de rester derrière le candidat de la majorité présidentielle. Un second camp soutient mordicus une candidature interne du parti. En affrontement samedi dernier sous la présidence de Tiemoko Sangaré, la montagne aura accouché d’une souris. C’est le moins qu’on puisse dire puisque rien qu’un communiqué très flou n’a sanctionné ces assises.

A l’issue des débats, le comité exécutif qui a pris connaissance du rapport présenté par la commission de Moustaphe Dicko l’adopté. Il a, en outre, pris d’importantes décisions concourant selon eux à la cohésion du parti, à la réaffirmation de son identité et de son leadership sur l’échiquier politique national ainsi que son engagement à bâtir un Mali Un et Indivisible, démocratique, laïc et social.

En effet, au lieu de trancher la question centrale qui a provoqué les assises, à savoir faut-il oui ou non présenter un candidat à la présidentielle de 2018 ?, les participants après leur huis-clos se sont bornés à pondre un communiqué qui, à la lecture, voue aux gémonies les intentions réelles du parti.

Le communiqué dit une chose et son contraire : le fait que le Pasj va s’inscrire dans ‘’la dynamique d’enclencher, dans les meilleurs délais le processus de désignation de son candidat à l’élection présidentielle de 2018’’. On pouvait aussi lire ‘’ le parti souhaite s’intégrer dans une coalition de partis pour aller aux élections’’. Et pour conforter cela le président de l’Adema Tiémoko Sangaré, a mentionné ‘’la nécessité d’inscrire les actions dans le cadre d’une coalition forte de Partis fondée sur une nouvelle offre politique, condition indispensable à toute victoire en 2018’’. Pour lui, cette plateforme servira de base de négociation autour des conditions de soutien au candidat rassembleur et consensuel issu des rangs du Parti, le cas échéant, du candidat issu de la coalition d’un ensemble de partis politiques.

Dans tous les cas, les mois à venir nous édifierait davantage sur l’option que va choisir le parti. Soit un candidat consensuel issu du parti soit un candidat issu des regroupements de partis, en particulier le parti présidentiel.

Pour le moment, on continue de divertir les militants restés jusque-là fidèles à l’Adema Pasj.

M.M

Source : aBamako

aBamako