Scandale au ministère de l’enseignement supérieur (suite) : La Direction générale des marchés publics sur la sellette

21

Le Vérificateur général sur les traces du ministre Assétou Migan Samaké et son ex DFM Aliou Mangara

Financée à hauteur de 500 millions par le budget national, la bibliothèque universitaire ne parvient pas encore à voir le jour par l’incurie et l’appétit glouton du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Assétou Migan Samaké et son ex DFM Aliou Mangara.

Comme nous l’annoncions dans notre dernière livraison, le marché de construction et d’équipement de la bibliothèque universitaire est depuis, janvier dernier, mis sous le boisseau par le ministre Assétou Founé Migan Samaké parce qu’un de ses protégés n’a pas remporté la mise ; c’est-à-dire à l’issue du dépouillement la commission technique composée de l’Agetipe, experte en la matière et la DFM, a cru bon de ne pas retenir le neveu de madame la ministre qui était parmi les postulants. Car il ne remplissait pas les conditions de l’offre.

Aussitôt après le dépouillement, la ministre Assétou Founé Samaké mécontente de ne pas voir son neveu rafler la mise, convoque la commission technique en réunion. Au cour de la réunion, elle est descendue dans le caniveau : tapant sur la table et lançant des flèches à la commission technique notamment à l’Agetipe dont le seul tort est de bien faire son travail.

Et la DGMP dans tout ça ?

La Direction générale des marchés publics qui a même le pouvoir d’annuler et de réattribuer un marché, attend toujours le rapport du dépouillement qui n’a jusque-là pas été envoyé. Aussi curieux que cela puisse paraitre, on ne pipa mot à la DGMP. Ce qui fait dire à certains connaisseurs que la DGMP a quelque chose à se reprocher. Sinon pourquoi ce grand silence de mort après un tel scandale ? Ce énième scandale dont le ministère de l’Enseignement supérieur n’a pas besoin par ces temps qui courent où les grèves interminables des enseignants sont pignon sur rue, risque fort de ratatiner les efforts du président de la république et du Premier ministre.

Le Vérificateur général creuse !

Selon une source bien introduite, le vérificateur général commence à s’intéresser aux dossiers sulfureux du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui compromettent le ministre Assétou Migan Samaké et son ex DFM Aliou Mangara.

Certaines affaires sombres comme celle de l’achat des bus du CENOU ou encore la magouille des amphithéâtres préfabriqués à Bamako et à Ségou, suffisent pour confondre ceux qui détournent à la pelle et toujours impunément l’argent du contribuable.

La Rédaction

Source : aBamako

aBamako