Tentative d’assassinat du chroniqueur Madou Kanté dit Marechal : Le Général Salif Traoré et Me Mamadou Ismaïla Konaté sur la sellette

9

Le front politico-social, après une trêve unilatérale de la Plateforme An Tè A Bana, vient de connaitre un brusque regain de tension consécutif à la tentative d’assassinat du chroniqueur Madou Kanté dit Maréchal. Cet acte barbare, indigne de notre démocratie, ternit davantage l’image du Mali et jette un discrédit sur les gouvernants. Il revigore les détracteurs du régime, qui ont la ferme conviction qu’IBK et son gouvernement ne sont pas capables d’assurer la sécurité des personnes et de leurs biens même à Bamako, à fortiori dans le reste du pays. Plus que vers IBK, les regards des maliens sont désormais tournés vers les deux ministres en charge de la Sécurité et de la Justice. Le premier pour plus de sécurité et le second pour qu’il n’y ait plus jamais ça. Seront-ils à hauteur d’attente ?

Le ministre de la Justice, Me Konaté ne jouit plus de sa côte d’estime d’antan dans l’opinion publique, surtout après ses déclarations, très peu appréciées, lors de l’interpellation du très populaire Ras Bath. Quant au général Salif Traoré qui passait pour l’un des ministres les plus estimés du gouvernement, depuis un certain moment, notamment, après l’attaque du Campement Kangaba, il fait l’objet des critiques pour un relâchement certain dans la sécurisation de la ville de Bamako et environs, comme en témoignent les multiples braquages et vols à mains armées souvent en plein midi.

La récente tentative d’assassinat contre Madou Kanté dit Maréchal met sur la sellette nos deux ministres en charge de notre sécurité et de la répression des criminels? S’agissant du ministre de la Justice, il reste toujours au creux de la vague aux yeux de l’opinion, pour n’avoir rien fait de concret, ni dans la part qui lui revient dans la lutte contre l’insécurité, ni pour reformer la justice dont les Maliens ne sont pas du tout satisfaits.

Les citoyens ont toujours le sentiment qu’une démocratie digne de ce nom ne peut pas s’accommoder de la corruption, de l’affairisme et de l’impunité, qui règnent aujourd’hui. Avec cette tentative d’assassinat, pourrait-on espérer un réveil de la justice et un sursaut d’orgueil des forces de sécurité pour que cet acte soit le dernier au cœur de la capitale ? En tout cas, les regards semblent tourner vers ces deux départements pour rassurer les citoyens maliens et tous les hôtes du Mali. Ne dit-on pas qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire ? Que les enquêtes soient diligentées et que ses résultats soient mis à la disposition de la justice pour que les présumés coupables et leurs commanditaires, quels qu’ils soient, puissent être arrêtés, jugés et punis conformément à la loi.

Le Gal Salif Traoré, sous l’autorité duquel se font les enquêtes préliminaires, dispose ici d’une occasion historique pour démasquer les coupables, qu’ils soient placés en haut ou en bas de l’échelle sociale. Si cela est fait, il s’agira pour le Garde des Sceaux, Me Konaté, de saisir cette l’opportunité pour réparer son image écornée en usant de toutes ses prérogatives pour que la justice soit à la hauteur de l’infraction.

Youssouf Sissoko

youssouf@journalinfosept.com

Source : aBamako

aBamako