Bataille de Takalout : La débandade du Général Gamou

20

Considéré comme le père spirituel des combattants de GATIA qu’il dirige, il a pu se sauver, laissant derrière lui, des enfants de 13, 15 et 17 ans tués sur le terrain

La défaite du Groupe d’auto-défense des Imgads et alliés (GATIA), à Takalout le mercredi 26 juillet, ayant fait plusieurs morts, des blessés et des prisonniers, a fait pousser de nouvelles ailles à leurs frères ennemis de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA). En effet, après ce que la CMA considère comme une « éclatante victoire », la panique a gagné le camp adverse. Résultat : Anefif, Tamkoutatt, Djebock et surtout Ménaka, la capitale de la 10ème région administrative du Mali ont été assiégés, avant d’être occupés par la CMA, au vu et au su de la communauté internationale.
Joint par téléphone, un responsable du GATIA qui a requis l’anonymat accuse la communauté internationale, la force Barkane et le Groupe d’Iyad Ag Aghaly, d’être les alliés de leurs adversaires.

Le secrétaire général controversé de la branche politique du GATIA, Fahad Ag Almahmoud, s’est contenté d’un tweet, le samedi 29 juillet, à 13h, dans lequel il précise : « Rien ne changera dans ce pays si les choses ne changent pas à Bamako d’abord ». Comme on le dit, la défaite est orpheline, la victoire a mille pères.

Pour sa part, Almou Ag Mohamed, porte-parole de la CMA, joint par téléphone, a laissé entendre que « Ménaka sera sécurisée, l’administration sera bien protégée et des discussions sont déjà engagées avec les FAMAS pour appeler au calme et à la sérénité. Nos combattants sont chez eux, ils ne bougeront pas. Chaque fois que le GATIA est défait, il essaie d’accuser les forces étrangères et même son bienfaiteur, l’Etat du Mali ».

Le Général Gamou, considéré comme le père spirituel des combattants de GATIA qu’il dirige, a pu se sauver à Takalout, comme d’habitude, laissant derrière lui, des enfants de 13, 15 et 17 ans tués sur le terrain. D’autres combattants, plus âgés, ont été faits prisonniers. Le CICR a même été convié par la CMA à les visiter, conformément au droit humanitaire international.
La débandade du Général Gamou a rassuré les combattants de la CMA qui n’ont pas hésité à foncer pour occuper les localités ci-dessous énumérées. La plus emblématique demeure Ménaka, la ville de Bajan Ag Hamatou, vice-président de l’Assemblée nationale, figure emblématique des Imouchares, les chefs coutumiers de Ménaka, petit-fils du grand résistant à la pénétration coloniale, Firhoun Ag Alaïsar.

La ville de Ménaka est très symbolique dans la question des rebellions touarègues parce que c’est de là qu’est partie la rébellion de 1990, avec deux attaques à Tidernène (4 morts) et Ménaka (14 tués dont 4 soldats maliens). Toutes les révoltes qui s’en sont suivies, avec amplification, ont commencé à Ménaka. Est-elle devenue une ville fétiche pour marquer la reprise des hostilités ? Rien n’est à exclure, parce que même le dissident le plus sérieux du MNLA, originaire de la localité, Moussa Ag Atcharamane, leader du MSC a fait allégeance aux nouveaux maitres des lieux.

Les Daoussaks, les Chamanamass, les Ichaganharanes, membres de la CMA, originaires de Ménaka, sont tous de retour à la maison parce qu’ils n’y étaient pas venus depuis belle lurette. La raison, c’est que c’était sous le contrôle du GATIA. Celui-ci a été défait et s’est replié, nous a-t-on dit, à Tamkoutatt. Conséquences : les Imgads ont quitté les lieux, mais leurs alliés des Imouchares sont restés sur place. La communauté de Gamou a donc eu peur dans tous le cercle et aux alentours de Gao. Tous sont en train de rejoindre la cité des Askia, à tel point que certaines sources laissent entendre que Djebock s’est vidé de sa population.
En tout cas, le général Gamou est tenu responsable de cette débâcle, de cette nouvelle donne, lui qui est spécialisé dans les replis tactiques et stratégiques, lesquels n’ont jamais produit des effets positifs.

Chahana Takiou

Source : aBamako

aBamako

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here