Coalition des Alternatives Africaines Dette et Développement-Mali (CAD-Mali) : Un éventail de réserves sur la pérennité du G5 Sahel

11

La Coalition des Alternatives Africaines Dette et Développement-Mali (CAD-Mali) a organisé, le mardi 25 juillet 2017, une conférence de presse dans la salle de conférence du Musée National du Mali. La conférence a servi de tribune pour CAD-Mali de relayer aux journalistes les recommandations issues de sa conférence débat sur les enjeux et défis du G5 Sahel pour l’Afrique et le Mali, tenue le 29 juin à Bamako. Elle était animée par le Directeur Exécutif de CAD Mali, M. Souleymane Dembélé.

En guise de rappel, Souleymane Dembélé est revenu sur les acquis du forum des peuples organisé par CAD-Mali à Ouélessebougou en janvier 2017. Un forum organisé en prélude du sommet France-Afrique, qui, selon lui, a influencé les débats du Sommet. Cela, en considération des recommandations faites sur la mise en place d’une monnaie commune autre que le Franc CFA, d’une Force Armée africaine et le retrait progressif des forces étrangères Barkhane et Minusma.
Abordant le sujet principal de la rencontre, Souleymane Dembélé indiquera que la CAD-Mali a organisé une conférence débat le 29 juin 2017 à Bamako. Cela avec les personnes ressources de la société civile, de l’Assemblée Nationale et du Ministère en charge de la sécurité sur les enjeux et défis du G5 Sahel pour l’Afrique et le Mali. Cette conférence débat fut sanctionnée par des recommandations.
Dans ses recommandations, la CAD-Mali salue l’avènement de G5 Sahel tout en restant vigilante sur l’influence extérieure. Elle constate la ressemblance des problèmes sécuritaires du Mali avec ceux des pays comme la Côte d’ivoire, le Tchad, la Libye, la Guinée Equatoriale, en termes de conflits liés aux enjeux géopolitiques et géostratégiques.. De même, elle constate la faiblesse des Etats du G5 Sahel et la mise sous tutelle du Mali par la France et les Nations Unies. Ce faisant elle constate également le contraste entre la présence des forces étrangères au Mali et l’aggravation de l’insécurité.
La Coalition des Alternatives Africaines Dette et Développement-Mali (CAD-Mali) invite les Etats membres du G5 Sahel à s’acquitter régulièrement de leurs cotisations pour assurer l’autonomisation de la force armée naissante, et les exhorte à renforcer la communication avec la société civile et la presse à travers l’animation d’un cadre d’échanges.
Par la voix de son Directeur exécutif, la CAD-Mali déplore les divergences entre les chefs d’Etat africains sur le fonctionnement du G5 Sahel, elle déplore le leadership de la Minusma, de l’Union Européenne dans les Réformes du secteur de la sécurité, et la manipulation des populations du nord par les forces existantes sur le terrain à travers les financements des projets à impact rapide.
Enfin, la CAD-Mali exige une communication et clarification sur la nature et les conditionnalités de la contribution annoncée de l’UE pour le G5 Sahel, tout en exigeant la transparence sur la gestion des fonds mobilisés dans le cadre de la crise que connait le Mali et déplore le lien fait entre l’immigration et la sécurité pour freiner la libre circulation des personnes.
Par Jean Joseph Konaté

Source : aBamako

aBamako